BFMTV

Seine-Saint-Denis: une quarantaine de personnalités pressent Macron d'agir contre les inégalités

Gilles Poux, le maire de La Courneuve

Gilles Poux, le maire de La Courneuve - MARTIN BUREAU / AFP

Logement, emploi, services publics... ils réclament un plan d'urgence pour soutenir le département qui a été l'un des plus touchés par la crise sanitaire.

Une quarantaine de personnalités signataires d'une lettre ouverte, publiée sur le site du Journal du dimanche, demandent à Emmanuel Macron une "remise à niveau" des services publics dans les territoires populaires touchés par la crise sanitaire, en particulier la Seine-Saint-Denis.

"Nous demandons justice pour les territoires qui ont payé le prix fort de la crise, pour les morts du Covid, pour les premiers de corvées", tels que les soignants, caissières ou livreurs, écrivent-ils, alertant sur une situation délétère qui s'est encore dégradée avec la crise sanitaire.

Dans les départements franciliens, notamment en Seine-Saint-Denis - département le plus pauvre de métropole - les disparités pré-existantes ont servi de terreau à l'expansion de l'épidémie de coronavirus, engendrant une surmortalité exponentielle, avait révélé une étude publiée le 11 mai par l'Observatoire régional de santé Ile-de-France.

Six mesures d'urgence

Ces élus de gauche et personnalités (sportifs, médecins, acteurs, économiste) listent ainsi "six mesures d'urgence" pour combler les carences actuelles. Parmi elles: une "remise à niveau de tous nos services publics", un "plan social" avec notamment une année blanche pour les expulsions locatives. Mais aussi une lutte contre les discriminations, avec un "plan de lutte contre les violences policières" comprenant un "récépissé contre le contrôle au faciès", demandent-ils.

"Les efforts ne doivent pas être que fait en direction du milieu économique", a déclaré Gilles Poux, maire (PCF) de La Courneuve, à l'initiative de cette lettre. Un rassemblement contre les inégalités territoriales est en outre prévu mardi dans cette ville.

"Des mesures charnières immédiates", en particulier pour lutter contre une explosion du chômage, sont nécessaires dans ce département jeune et en pleine mutation urbanistique, selon l'édile communiste, qui avait déjà organisé en 2019 une journée nationale de débats visant à "rétablir l'égalité" enntre les territoires.

En 2018, un rapport parlementaire avait démontré que ce département densément peuplé par 1,6 million d'habitants restait sous-doté dans les domaines de l'éducation, la justice ou la police, comparé aux autres départements français. Devant ce constat, une batterie de 23 mesures avait été officialisée fin 2019 par le Premier ministre Édouard Philippe. Parmi les dispositifs retenus par le gouvernement figure une prime de 10.000 euros pour fidéliser les fonctionnaires.

Mélanie Rostagnat avec AFP Journaliste BFMTV