BFMTV

Sébastien souhaite que Bigard soit "la voix des gens", mais lui déconseille "le merdier politique"

Patrick Sébastien était notre invité ce dimanche soir. Il a commenté les aspirations présidentielles de son ami Jean-Marie Bigard.

L'imitateur, humoriste et comédien Patrick Sébastien, ancien animateur de télévision, était ce dimanche sur le plateau de Et en même temps, face à notre journaliste Apolline de Malherbe. Tandis que la veille, sur la scène de l'Apollo Théâtre, Jean-Marie Bigard a réitéré son aspiration à se porter candidat à la présidentelle, le Briviste a dit son mot sur ce feuilleton au carrefour du spectacle de la politique.

Patrick Sébastien est revenu sur les premiers rêves élyséens de Jean-Marie Bigard à la fin du mois de mai, et ses premières passes d'armes avec Emmanuel Macron, épisode qui avait engendré une brouille de courte durée entre les deux artistes. "Jean-Marie est un ami que j’aime énormément. Jean-Marie disait qu'il avait été censuré et n'avait pas pu aller chez Michel Drucker. Un jour, j’ai un message de Macron qui me demande de le mettre en contact avec lui: 'Je veux lui dire que je ne suis pas d’accord avec ça'." Patrick Sébastien a poursuivi son récit:

"Jean-Marie lui parle de politique et ensuite il dit ‘Macron m’a appelé pour parler politique’ et ensuite il lui rentre dedans. Et là-dessus, il parle de sa candidature!"

"J'ai connu la période Coluche"

Dans un entretien à Society, Jean-Marie Bigard avait plus tard paru renoncer, expliquant préférer s'installer "en tribune" plutôt que descendre dans l'arène. Cependant, samedi soir, sur l'estrade, dans une salle du 11e arrondissement, il a fait volte-face: "Je ne me suis pas retiré, simplement c’est un vrai sport et donc quand tu n’en as pas fait depuis longtemps j’ai dit qu’on était mieux dans les tribunes. Mais je ne jette pas l’éponge je suis ravi de faire peur à cette bande d’enculés".

"Je vais prendre mon téléphone et demander aux maires les 500 signatures. Imagine si je les ai avant tout le monde ? Là je vais vraiment leur faire peur", a-t-il enchaîné.

Patrick Sébastien n'y voit rien de judicieux: "J’aime beaucoup ce garçon, je lui dis : ‘Continue à être la voix des gens, à ouvrir ta gueule, les gens en ont besoin mais ne va pas dans ce merdier politique où tu vas te faire du mal à toi-même’." Il s'est souvenu: "J’ai dit à Jean-Marie: ‘Tu vas ouvrir ton ordinateur le matin, et la moitié des gens t’adoreront, l’autre va t’insulter’." Il nourrit ses conseils d'une expérience vieille de 40 ans. "J’ai connu la période Coluche. A un moment tu commences à avoir 14%, ta tête explose. Tu te prends pour ce que tu n’es pas", a-t-il rappelé.

Robin Verner
Robin Verner Journaliste BFMTV