BFMTV

Sarkozy élu président de l'UMP: les réactions

-

- - -

Les résultats sont tombés peu avant 20h30. Nicolas Sarkozy retrouve sa place de président de l'UMP avec 64,5% des suffrages, un score moins élevé qu'attendu, il devance Bruno Le Maire  (29,8%) et Hervé Mariton (6,32%). Les réactions n'ont pas tardé à arriver après une campagne où pour la première fois l'ancien chef de l'Etat a rencontré une opposition crédible dans son parti.

Son poste de président de l'UMP retrouvé, Nicolas Sarkozy va, sans doute, tout faire pour revenir au premier plan. Ce samedi soir, de nombreuses personnalités politiques ont réagi à sa victoire avec un score moins élevé qu'escompté.

Alain Juppé: "des tensions incontestables"

Alain Juppé a été le premier à réagir juste après l'annonce des résultats. Le maire de Bordeaux a indiqué qu'il souhaitait que le nouveau président du parti rassemble et apaise, "il y a eu des tensions incontestables", concède-t-il. Mais selon lui, les conflits internes ne peuvent pas faire avancer les choses. Sur ses relations avec Nicolas Sarkozy, il a assuré qu'il "était prêt à l'aider s'il est sur la ligne que j'ai indiquée, large rassemblement de la droite et du centre".

"Je suis content que les élections se soient bien passées. Les élections précédentes ont été catastrophiques, là elles se sont bien passées malgré quelques bugs informatiques", a-t-il tenu à souligner.

Nicolas Sarkozy: "passer à l’action"

Nicolas Sarkozy a de son côté choisi de réagir depuis son compte Facebook. "Le temps est désormais venu de passer à l’action", assure-t-il. Le fraîchement élu président du parti a souhaité mettre en avant le niveau de mobilisation pour tenter d'atténuer les "deux années de querelles internes et de divisions" et se positionner dès à présent en rassembleur. Il a évidemment salué ses deux adversaires Bruno Le Maire et Hervé Mariton. L'ancien chef de l'Etat a ensuite annoncé qu'il rencontrera lundi les principaux responsables de sa famille politique pour se "consacrer à la recherche de solutions nouvelles pour la France".

Bruno Le Maire: "Ce soir, je suis heureux"

Le candidat à la présidence de l'UMP, arrivé deuxième samedi soir avec près de 30% des voix, a réagi à l'annonce des résultats devant un public nombreux qui n'a pas manqué de scander son prénom. "Ce soir, je suis heureux", a lancé Bruno Le Maire à l'assistante venue saluer son très bon score "Je suis heureux pour ce que nous portons, le renouveau, un engagement qui nous dépasse et qui ne fait que commencer", a-t-il assuré.

Avec son bon résultat, le quadragénaire risque d'être désormais incontournable à l'UMP. "Je suis et resterai toujours du côté de ma famille politique. Je suis un militant parmi les militants. Je me battrai à vos côtés", a-t-il insisté. Le QG de campagne du député de l'Eure avait clairement des airs de victoire malgré la deuxième place du candidat et c'est par une Marseillaise entonnée par toute l'assistance que Bruno Le Maire a conclu son discours.

François Fillon: "l'union n'est pas la soumission"

Dans un billet publié sur son blog au titre évocateur "Un grand parti moderne accepte la différence!", François Fillon a commenté le résultat de l'élection. 

Fragilisé par l'affaire des enregistrements de Jouyet, l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy a félicité le nouveau président de sa formation ainsi que ces deux adversaires. Mais il ajoute "j’invite au respect de toutes les opinions exprimées lors de cette élection" en insistant " l’union n’est pas la soumission". Un message qui paraît assez clair.

Des messages de félicitations sur Twitter

Plusieurs personnalités politiques ont choisi de s'exprimer sur Twitter. Jean-Christophe Cambadelis, le Premier secrétaire du PS, a souligné le score en dessous des espoirs du camp Sarkozy mais a adressé ses félicitations au candidat élu. Il en a aussi profité pour inviter le nouveau chef de l'UMP à venir débattre avec lui.

Xavier Bertrand, candidat à la primaire de l'UMP, a de son côté souligné le score élevé de Bruno Le Maire preuve, selon lui, du besoin de renouveau des militants de l'UMP. La course pour 2017 est lancée.

Elise Maillard