BFMTV

Retraites: Emmanuel Macron juge l'inquiétude "légitime" et promet de "continuer à expliquer"

Au 41e jour de grève, le président a voulu faire montre de pédagogie afin de défendre la très contestée réforme des retraites.

En déplacement ce mardi à Pau dans le cadre d'une visite sur le thème de l'écologie, Emmanuel Macron a été interrogé sur la réforme des retraites. Face à la presse, le président de la République a estimé que "l'inquiétude est légitime, parce qu’on n’aime jamais le changement."

"Je dis juste que le système qui était le nôtre est très inégalitaire, avait construit beaucoup de défiances. Il faut reconstruire un monde où mes droits sont attachés à la personne et où le système est beaucoup plus simple pour chacun."

Pour le chef de l'Etat, le conflit social qui secoue le pays depuis le 5 décembre dernier ne pourra être résolu que par la concertation. 

"Ces inquiétudes doivent être progressivement levées, par des clarifications techniques, par des discussions et négociations, et sur le fameux sujet du financement, par ma concertation qui commence depuis quelques jours et qui va se faire à travers la conférence de financement", a-t-il ajouté.

"Ce système n'est pas juste" 

Pour autant, Emmanuel Macron a de nouveau expliqué qu'il ne comptait pas revenir sur cette réforme, qu'il a une nouvelle fois justifiée devant la presse, assurant qu'"universel ne veut pas dire que c’est le même exactement pour tout le monde." 

"On a décidé de ne pas bouger tel ou tel curseur, mais de reprendre en profondeur un modèle qui a été créé au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Je suis convaincu que c’est le seul moyen, dans la durée, de recréer de la confiance, et de défendre ce à quoi nous Françaises et Français sommes attachés, qui est le modèle par répartition. Ce que nous allons faire, c’est ce qui seul permettra de consolider un modèle ou les actifs continuent de financer la retraite des retraités", a-t-il détaillé. 

Puis, en guise de conclusion, Emmanuel Macron a tenu à présenter un exemple concret. 

"Comment expliquer que, selon que vous soyez mécanicien d’un côté ou de l’autre de la rue, voire système de retraites n’était pas le même? [...] Les gens disaient ‘ce système n’est pas juste.’ Et ce n’est pas faux."

Selon le chef de l'Etat, le modèle actuel, et ses 42 principaux systèmes, "avait créé des injustices qui nourrissaient la défiance."

dossier :

Emmanuel Macron

Hugo Septier