BFMTV

Rejet d'une demande de mise en liberté de Pierre Falcone

La cour d'appel de Paris a rejeté la demande de mise en liberté de Pierre Falcone, principal acteur du dossier des ventes d'armes à l'Angola. L'homme d'affaire a été condamné en première instance à six ans de prison ferme pour commerce illicite d'armes no

La cour d'appel de Paris a rejeté la demande de mise en liberté de Pierre Falcone, principal acteur du dossier des ventes d'armes à l'Angola. L'homme d'affaire a été condamné en première instance à six ans de prison ferme pour commerce illicite d'armes no - -

PARIS - La cour d'appel de Paris a rejeté la demande de mise en liberté de Pierre Falcone, principal acteur du dossier des ventes d'armes à...

PARIS (Reuters) - La cour d'appel de Paris a rejeté la demande de mise en liberté de Pierre Falcone, principal acteur du dossier des ventes d'armes à l'Angola, apprend-on auprès du parquet général.

L'homme d'affaire, condamné en première instance à six ans de prison ferme pour commerce illicite d'armes notamment, attendra donc en prison son procès en appel qui se tiendra du 19 janvier au 15 mars 2011 à Paris.

Pierre Falcone, emprisonné à Fleury-Mérogis (Essonne), a été reconnu coupable d'une vente sans autorisation d'armes pour 793 millions de dollars, avec un bénéfice évalué à 397 millions pour lui-même et son associé Arcadi Gaydamak, Israélien d'origine russe aujourd'hui en fuite.

Les armes avaient été livrées aux partisans du président angolais Eduardo dos Santos, vainqueur d'une guerre civile ayant fait 500.000 morts de 1975 à 2002.

Trente-cinq autres personnes ont été condamnées dans ce dossier, dont Jean-Christophe Mitterrand, fils aîné de l'ancien président de la République, et l'ex-ministre de l'Intérieur Charles Pasqua, sanctionné d'un an de prison ferme et qui a aussi fait appel.

Thierry Lévêque, édité par Jean-Baptiste Vey