BFMTV

Réforme du travail: Hamon ira finalement manifester le 12 et le 23 septembre

Benoît Hamon appelle à manifester les 12 et 23 septembre contre la réforme du Code du travail.

Benoît Hamon appelle à manifester les 12 et 23 septembre contre la réforme du Code du travail. - Patrick Kovarik - AFP

L'ancien candidat à la présidentielle avait déjà appelé à manifester à l'appel des syndicats le 12 septembre, mais ne s'était pas encore prononcé sur la mobilisation organisée par La France insoumise le 23 septembre.

C'est confirmé. Après avoir indiqué qu'il participerait à la manifestation du 12 septembre contre la réforme du code du travail, Benoît Hamon a précisé ce jeudi matin qu'il serait aussi présent à celle du 23.

L'ancien candidat à la présidentielle sera présent au nom de son Mouvement du 1er juillet, dont il a assuré qu'il rassemblait déjà "des dizaines de milliers" de militants. Il y a quelques jours, il avait dit sa volonté de participer à la première mobilisation, organisée par les syndicats. En revanche, Benoît Hamon n'était pas encore certain de répondre aussi à l'appel du 23 septembre, lancé par Jean-Luc Mélenchon. Interrogé sur Europe 1, il s'est finalement dit ce jeudi pour l'unité.

"J’ai appelé Philippe Martinez pour lui demander si nous pouvions nous inscrire et soutenir la manifestation du 12, avec la CGT. Je pense aussi qu’il faut pouvoir dialoguer avec La France insoumise même si je ne partage pas sa stratégie, notamment autour du coup d’Etat social, parce que tout ce qui doit contribuer à faire en sorte que ces ordonnances ne soient pas mises en œuvre et qu’on pense un nouveau contrat social, est utile", a déclaré Benoît Hamon. 

"J'espère qu'il y aura un autre rendez-vous social"

Un message lancé plusieurs après une campagne présidentielle marquée par des pourparlers infructueux entre Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon sur un possible ralliement de l'un à l'autre en vue de l'élection. Sur BFMTV il y a quelques jours, le leader de La France insoumise avait déclaré que Benoît Hamon était le "bienvenu" à cette manifestation.

"Si je suis le bienvenu et je crois qu’il l’a dit, le 23 aussi j’irai manifester. Donc et le 12 et le 23, moi je veux l’unité, je trouve que c’est ridicule, quand les mots d’ordre sont les mêmes, ne de pas se retrouver dans les mêmes combats. Et j’espère qu’après le 23 il y aura peut-être un autre rendez-vous social, et qu’à ce moment-là on retrouvera et des syndicats et des forces politiques autour d’un mot d’ordre identique", a conclu l'ancien candidat. 

Charlie Vandekerkhove