BFMTV

Reconfinement: Castaner s'inquiète du niveau d'"acceptation sociale" des Français

Christophe Castaner, président du groupe LREM à l'Assemblée nationale, le 30 novembre 2020 à Paris

Christophe Castaner, président du groupe LREM à l'Assemblée nationale, le 30 novembre 2020 à Paris - Anne-Christine POUJOULAT © 2019 AFP

Invité de France Inter, le chef de file des députés LaREM a rappelé son opposition à une mise "sous cloche" du pays. La veille, il déclarait craindre la "désobéissance civile" de certains Français.

Dans le contexte actuel, le terme a de quoi inquiéter. Mardi soir sur le site du Parisien est paru un article dans lequel Christophe Castaner, président du groupe La République en marche à l'Assemblée nationale, a fait part de ses craintes en cas de reconfinement. "D'un point de vue politique, on est sur un terrain glissant", s'est-il alarmé. Et d'ajouter:

"Le risque en refermant le pays, c'est la désobéissance civile de certains."

Le mot est donc lâché, les comparaisons avec les soirées d'émeute aux Pays-Bas viennent à l'esprit. Le "seuil d'acceptabilité sociale" des Français, concept manié par de nombreux sondeurs, est désormais dans le viseur du gouvernement, confronté à une épidémie qui ne faiblit pas.

"Phénomène de doute"

Ce mercredi matin sur France Inter, Christophe Castaner en a dit davantage sur le sujet, sans toutefois réutiliser le terme de "désobéissance civile". Affirmant que l'exécutif prendrait ses prochaines mesures en fonction des données scientifiques disponibles, à la fois sur les effets positifs du couvre-feu et sur la propagation des variants du coronavirus, le député des Alpes-de-Haute-Provence a appelé à "diminuer au maximum les contraintes" des Français.

"Toujours en cherchant cet équilibre", a-t-il poursuivi. "La protection sanitaire et en même temps, il ne s'agit pas de mettre le pays sous cloche, parce que le pays doit vivre, parce que les élèves doivent aller à l'école".

La lassitude menace-t-elle de gagner la France? "Il y a un sujet d'inquiétude", a répondu du tac au tac Christophe Castaner. "Il y a un phénomène de doute, il y a un phénomène de questionnement, et tout ça est légitime", juge l'ancien socialiste.

"Dans la décision politique, vous devez prendre en compte l'acceptation sociale, et c'est évidemment aussi cela que prend en compte le président de la République ou le Premier ministre", assure-t-il.

66 millions de "râleurs"?

Le chef de file des députés LaREM s'en dit conscient, "d'un point de vue sanitaire, si tout le monde restait chez soi pendant quinze jours, on aurait une baisse significative du virus". Mais, a-t-il ajouté au micro de France Inter, "en même temps on met le pays sous cloche (...) et on menace, du coup, le pays lui-même, dans sa capacité d'apprendre".

Interrogé sur la phrase d'Emmanuel Macron assimilant la France à un pays de "66 millions de procureurs", Christophe Castaner a tenté de la justifier.

"Dire que les Français sont des râleurs, dire que l'esprit critique, qui a éclairé le siècle des Lumières, est aujourd'hui assez présent et que chacun a un avis à peu près sur tout, c'est pas non plus offensant pour les Français", estime l'ex-ministre de l'Intérieur.
dossier :

Reconfinement

Jules Pecnard Journaliste BFMTV