BFMTV

Rachida Dati menacée d'exclusion du groupe UMP parisien

Rachida Dati? le 6 octobre 2014, à l'occasion de l'inauguration du plancher en verre du premier étage de la tour Eiffel.

Rachida Dati? le 6 octobre 2014, à l'occasion de l'inauguration du plancher en verre du premier étage de la tour Eiffel. - Lionel Bonaventure - AFP

La conseillère de Paris devrait encore 5.500 euros au groupe UMP de Paris. Agacés, ses collègues ont voté un amendement qui leur permet de demander son exclusion.

Les dettes de Rachida Dati exaspèrent ses collègues de l'UMP. La maire du 7e arrondissement de Paris ne serait pas à jour dans ses cotisations depuis 2010 et devrait 5.500 euros au groupe parisien, selon L'Opinion lundi.

Résultat: ses collègues se sont penchés sur les statuts de l'association et ont fait voter un nouvel amendement. Il porte sur la cotisation mensuelle dont les membres doivent s'acquitter pour son bon fonctionnement: "seuls les membres à jour de cotisation peuvent participer aux réunions du groupe, prendre part à ses instances et bénéficier des moyens du groupe. En cas de non-paiement de la cotisation et d'éventuels arriérés, le Président saisit le bureau du groupe afin de statuer sur les suites à donner", stipule l'article 15. 

Un amendement qui a été voté le 17 novembre par les conseillers UMP de Paris, sous la présidence de Nathalie Kosciusko-Morizet, confirme Marianne

Dati "seule dans cette situation"

Claude Goasguen, député-maire du 16e arrondissement, qui dénonce la situation de sa collègue depuis des années, défend l'amendement voté par le groupe UMP. "J’ose espérer que Rachida Dati aura l’intelligence de se soumettre. Cinq mille euros, ce n’est pas grand-chose pour elle. On a tous des problèmes financiers, et Rachida Dati probablement moins que nous", affirme-t-il dans Marianne.

La maire du 7e arrondissement "est la seule à être dans cette situation", fustige le trésorier du groupe, Pierre Gaboriau dans L'Opinion. "Les autres conseillers qui n'étaient pas à jour ont régularisé leur cotisation", ajoute-t-il. Tous, sauf Rachida Dati. 

Rappel à l'ordre en juin

En juin dernier déjà, la maire du 7e arrondissement avait été rappelée à l'ordre par ses collègues du groupe.

Il lui a également été reproché de ne pas avoir versé les 5.000 euros, demandés à chaque tête de liste UMP dans un arrondissement de Paris afin de financer la campagne de Nathalie Kosciusko-Morizet. Pierre Lellouche ne s'en était pas acquitté, lui non plus.

Les désaccords entre Rachida Dati et NKM ne datent pas d'hier. L'ancienne garde des Sceaux est agacée par la place de NKM auprès de Nicolas Sarkozy. Lundi, lors du vote sur la tour Triangle, Rachida Dati a d'ailleurs été la seule élue UMP à ne pas obéir aux consignes de Nathalie Kosciusko-Morizet: elle s'est rendue dans l'isoloir, et a voté à bulletin secret.

A. K.