BFMTV

Quatorze partis politiques appellent à un rassemblement commun contre l'antisémitisme

Le rassemblement aura lieu mardi 19 février à 19h à Paris

Le rassemblement aura lieu mardi 19 février à 19h à Paris - Capture d'écran

Le rassemblement est prévu mardi 19 février à 19 heures, place de la République à Paris, à l'initiative du Parti socialiste. Seuls la France insoumise et le Rassemblement national n'ont pas signé l'appel.

A l'initiative du Parti socialiste, la quasi-totalité des partis politiques appellent dans un communiqué commun à un rassemblement contre l'antisémitisme mardi 19 février, a appris BFMTV. Il se déroulera place de la République, à Paris, à 19 heures.

L'appel intitulé "ça suffit", répond à la demande de "clarification républicaine" exprimée par Emmanuel Macron en Conseil des ministres mercredi. Le patron du PS, Olivier Faure, a appelé les autres chefs de partis ce jeudi afin de se mettre d'accord sur les termes de l'appel.

"L'antisémitisme n'est pas une opinion, mais un délit. Il est redevenu une incitation au meurtre", écrivent-ils dans le communiqué.

Avant de poursuivre:

"Nous sommes tous concernés. L'antisémitisme n'est pas l'affaire des Juifs. Il est l'affaire de la Nation toute entière."

"Nous avons en commun la République"

"Nous portons dans le débat public des orientations différentes, mais nous avons en commun la République. Et jamais nous n'accepterons la banalisation de la haine. C'est pourquoi nous appelons l'ensemble des Français à se réunir dans toutes les villes de France pour dire ensemble: NON, l'antisémitisme, ce n'est pas la France", concluent-ils.

Cet appel n'a par ailleurs pas été signé par le Rassemblement national, qui n'a pas été sollicité, et la France Insoumise qui n'a pas donné suite, selon les informations communiquées par le PS à BFMTV.

Une déclaration qui a provoqué la colère du chef de file des Insoumis, Jean-Luc Mélenchon, qui l'a qualifié sur son compte Twitter de "grossière provocation", se disant "écarté" de cette marche par les socialistes.

La tête de liste de La France Insoumise aux élections européennes, Manon Aubry, a quant à elle apporté son soutien "sans réserve" à cet appel au rassemblement contre l'antisémitisme.

Sollicité mardi via la messagerie Telegram, le chef de file des Insoumis Jean-Luc Mélenchon "n'a pas répondu", selon Olivier Faure, qui a précisé dans la soirée "qu'il n'y a aucune exclusive bien au contraire". "Jean-Luc Mélenchon est le bienvenu", a-t-il ajouté ce vendredi à notre micro. 

De son côté Marine Le Pen a également réagi sur Twitter, confirmant n'avoir jamais été sollicitée par les partis signataires. Il en est de même pour le parti Debout la France, dont le président Nicolas Dupont-Aignan a dénoncé une "manipulation des partis du système".

La Gauche républicaine et socialiste, le parti de l'ancien socialiste Emmanuel Maurel et de l'ancien MRC Bastien Faudot, a publié un communiqué pour se joindre à l'appel et appeler au rassemblement de mardi. La classe politique a unanimement condamné en début de semaine la hausse des actes antisémites en 2018 et ceux commis ces derniers jours -image de Simone Veil barrée d'une croix gammée, tag "Juden" sur la vitrine d'un restaurant parisien, arbre en mémoire d'Ilan Halimi scié.

Anne Saurat-Dubois avec Manon Fossat