BFMTV

Quand Zemmour cite "Hélène et les garçons" pour expliquer ses théories

Eric Zemmour en 2011

Eric Zemmour en 2011 - Martin Bureau - AFP

Invité pour "libérer la parole" à Béziers par le maire, élu avec le soutien du Front national, Robert Ménard, le journaliste-polémiste, auteur du "Suicide français", a usé de tous les arguments pour convaincre son auditoire.

Quand un journaliste polémique, star des librairies et des plateaux de télévision, est reçu par un ancien confrère devenu maire de Béziers avec l'appui du Front national, l'affiche est alléchante. Jeudi soir, Robert Ménard accueillait dans sa ville Eric Zemmour pour parler du "Suicide français", son livre qui n'en finit pas de susciter débats et controverses. Au choix: immigration, islam, féminisation de la France, sort des juifs (français) sous Pétain et décadence de la société française.

Féminisation, Balavoine et Hélène et les garçons

Tout au long de son intervention, rapporté par Mediapart, le polémiste en donnera à chacun, sur chacun de ses thèmes de prédilection et notamment le classique "On a demandé aux hommes d'être des femmes comme les autres", citant en exemple évident de sa théorie Daniel Balavoine, qui chante dans "Mon fils, ma bataille", le "fruit de ses entrailles" ou encore la sitcom "Hélène et les garçons".

Eric Zemmour ressort aussi sa théorie des 3D: déconstruction, dérision, destruction.

Rendez-vous était donc pris en fin de journée au Palais des congrès pour "libérer la parole", comme le proclamaient les affiches, placardées dans tout le centre-ville. A Béziers c'est l'événement et près de 1.000 personnes ont fait le déplacement pour entendre le maire Robert Ménard introduire le débat: "Peut-on dire ce que l'on pense en France, de l'immigration par exemple?"

Gilbert Collard et un ancien militaire de l'OAS

"Cette nombreuse présence prouve que tu es chez toi", dit aussi Robert Ménard à Eric Zemmour. Au milieu des participants, le député Rassemblement Bleu Marine Gilbert Collard et André Troise, raconte Mediapart. Ce dernier, ancien capitaine de l'armée française avait rallié l'OAS (Organisation de l'armée secrète) avant d'être condamné à mort, et d'entrer dans la clandestinité. Il est sous le charme d'Eric Zemmour, qu'il décrit comme une "fine plume", "un journaliste courageux, honnête et responsable" qui "participe fortement à réveiller les consciences dociles et endormies."

Si la file d'attente pour acheter le livre s'est allongée, la salle ne comptait pas que des pro-Zemmour ni des militants. Ainsi un groupe d'élèves de prépa littéraire avaient fait le déplacement pour "comprendre ses arguments et pouvoir le contredire", raconte Métronews

Et si "la France se réveille", se félicite Eric Zemmour, même à Béziers, ses pensées ne sont pas forcément majoritaires: les affiches annonçant sa venue dans la ville ont été moquées par certains habitants. Le journaliste a parfois été affublé d'un nez rouge. 

S.A.