BFMTV

PS: un rapport recommande de «destituer» Guérini à Marseille

Un rapport remis à la direction du PS par le député Arnaud Montebourg dénonce des pratiques "plus que contestables" dans les Bouches-du-Rhône et recommande la "destitution" des dirigeants de la fédération socialiste du département, dont le président du Co

Un rapport remis à la direction du PS par le député Arnaud Montebourg dénonce des pratiques "plus que contestables" dans les Bouches-du-Rhône et recommande la "destitution" des dirigeants de la fédération socialiste du département, dont le président du Co - -

Un rapport remis à la direction du PS recommande la "destitution" des dirigeants de la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône, dont le président du Conseil général, Jean-Noël Guérini, rapporte mercredi Le Point.

Le texte du rapport publié sur le site internet du magazine, daté de décembre 2010, dénonce des "pratiques plus que contestables" telles que l'utilisation de "fausses cartes de militants, le trucage des scrutins" ainsi qu'un "système de domination sans limite" pouvant conduire à des "dérives" dans l'utilisation de l'argent public.

Alexandre Guérini, le frère de Jean-Noël Guérini, est en prison depuis le 1er décembre dans le cadre d'une information judiciaire sur les marchés publics des Bouches-du-Rhône.

Le président du Conseil général a démenti mi-février des informations de presse faisant état de son intervention auprès d'autres élus locaux en faveur de son frère.

Signé de la main d'Arnaud Montebourg en sa qualité de secrétaire national à la Rénovation, le rapport réclame la destitution de Jean-Noël Guérini et la mise sous tutelle de la fédération, l'une des plus importantes de France.

Dans son rapport, remis le 8 décembre au premier secrétaire du PS Martine Aubry, le député de Saône-et-Loire décrit un "système de domination sans limite" mis en place par Jean-Noël Guérini qui "peut conduire aux dérives les plus graves dans l'usage de l'argent public, car il fait disparaître toute forme de contrôle politique ou administratif".

Le texte évoque des "témoignages relatant l'utilisation des moyens publics retirés ou attribués au gré des humeurs arbitraires (de Jean-Noël Guérini) en fonction du degré d'allégeance ou de résistance au pouvoir exercé par ledit président du Conseil général".

Il parle également de "contrôle sans limite", de "clientélisme féodal" et de "culte du chef" imposés par celui qui s'est autoproclamé président de la fédération PS alors que l'organisation normale du parti prévoit uniquement des "premiers secrétaires fédéraux".

Arnaud Montebourg, qui a depuis abandonné ses fonctions pour être candidat à la primaire présidentielle du PS, demande à la direction du parti de faire "cesser la douce tolérance à l'égard de ces pratiques les plus contestables".

"Le plus vite sera le mieux au vu des menaces judiciaires qui pèsent sur les intéressés", ajoute le secrétaire national.

REUTERS