BFMTV

Présidentielle 2017: Sarkozy et Hollande, une campagne côte à côte

François Hollande et Nicolas Sarkozy espèrent tous deux se retrouver au second tour en 2017. Pour rejouer le match de 2012, et briguer un second mandat.

Ils se sont rendus ensemble aux obsèques de l'ancien Prix Nobel de la Paix Shimon Peres. François Hollande et Nicolas Sarkozy mènent depuis quelques semaines leur campagne électorale en parallèle, et rencontrent les mêmes obstacles. 

Meilleurs ennemis

Depuis son entrée en campagne, Nicolas Sarkozy, candidat à la primaire de la droite et du centre, a fait de François Hollande sa première cible. "Inaction", "manque d'autorité", mollesse: les reproches à l'égard du chef de l'Etat se font de plus en plus violent dans les discours de l'ex-chef d'Etat. Nicolas Sarkozy espère ainsi se positionner dans son camp comme le principal opposant au président socialiste. 

Une posture qui fait directement écho à celle adoptée par François Hollande. Dans l'esprit du chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy est sa seule chance d'accéder à un nouveau mandat à l'Elysée. Toutes les occasions sont bonnes pour taper sur Sarkozy, et ainsi, le faire monter dans les sondages qui le donnent pour l'instant deuxième de la primaire derrière Alain Juppé. Problème: une redite de 2012 n'inspire pas franchement les électeurs. 

Deux barrières à franchir

Pour Hollande et Sarkozy, le premier obstacle est leur propre camp. Chacun devra d'abord remporter sa primaire pour espérer se présenter au premier tour de l'élection présidentielle. Et la partie est loin d'être gagnée. Nicolas Sarkozy pointe à la deuxième position des intentions de vote, toujours distancé par Alain Juppé qui maintient le cap. Quant à François Hollande, il aura fort à faire pour battre les prétendants à l'investiture de la gauche. 

Mais leur principal obstacle réside dans leur passif. Selon un sondage publié par France Info, 80% des Français ne veulent pas d'une candidature de François Hollande, et 71% refusent celle de Sarkozy. Si les deux candidats rêvent d'une revanche de 2012, ils devront convaincre l'opinion publique de leur redonner une chance. 

P.A.