BFMTV

Pour Royal, Valls "pollue" l'arrivée au pouvoir de Macron

Mme Royal affirme ne pas avoir pu s'opposer à Manuel Valls : "Il est Premier ministre, il a décidé le contraire de ce que dit sa ministre de l'Environnement, donc voilà."

Mme Royal affirme ne pas avoir pu s'opposer à Manuel Valls : "Il est Premier ministre, il a décidé le contraire de ce que dit sa ministre de l'Environnement, donc voilà." - Georges Gobet - AFP

Un chien dans un jeu de quilles. Sur RTL ce mercredi matin, Ségolène Royal a déploré que Manuel Valls se soit lancé dans son opération de ralliement à la République En Marche à peine élu le nouveau président de la République. Une manœuvre jugée inopportune par la ministre de l'Environnement:

"Manuel Valls aurait dû attendre un peu avant de polluer une semaine extrêmement importante, qui est regardé dans le monde entier et qui fait la fierté de la France", lance-t-elle.

La candidate malheureuse de 2007, récent soutien d'Emmanuel Macron, s'était déjà inquiétée du niveau de la campagne présidentielle, et déplore à nouveau un manque de hauteur: "Quand je regarde la Une des journaux ce matin, il y a une forme de dégradation brutale du débat politique avec ces disputes sur les étiquettes".

"Ce que je regrette, c’est que cette polémique surgisse dans une semaine cruciale pour les institutions. C’est trop tôt. (…) Dimanche il y a la passation de pouvoir, nous serons regardés par le monde entier"

En pleine période de nominations et d'investitures, Ségolène Royal appelle enfin à "faire très attention à ce bal des égos".

L.N.