BFMTV

Pour Fabien Roussel, les Français devraient pouvoir demander un référendum sur "tous les sujets"

Fabien Roussel, invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC le 8 janvier 2019

Fabien Roussel, invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC le 8 janvier 2019 - BFMTV

Le secrétaire national du PCF Fabien Roussel est revenu dans "Bourdin Direct" sur l'idée de référendum d'initiative citoyenne. Selon lui, les Français devraient pouvoir s'exprimer sur n'importe quel sujet, y compris le mariage pour tous et la peine de mort.

"Le référendum c'est sain pour la démocratie". Invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC ce mardi, le secrétaire national du Parti communiste français, Fabien Roussel, a partagé sa conception du référendum.

"N'ayons pas peur de débattre"

Favorable à l'idée de référendum d'initiative citoyenne (RIC) revendiquée par les gilets jaunes, Fabien Roussel estime que les Français devraient avoir le pouvoir d'initier tous les débats qu'ils souhaitent. Y compris les plus polémiques.

"Il n'y a rien de mieux que d'interroger le peuple sur des sujets importants, estime-t-il. Il devrait même être possible que nos concitoyens puissent demander un référendum sur un sujet". Même sur le mariage pour tous? "Mais pourquoi pas! Sur tous les sujets, n’ayons pas peur de débattre." Et sur la peine de mort? "Mais bien sûr! Si les Français le veulent. Il ne faut pas avoir peur du débat", avance-t-il. "Je suis un démocrate. Je suis pour que l’on consulte les Français à chaque fois que c’est nécessaire et quand ils le demandent. Innovons."

Justification sur Twitter

Le député du Nord a atténué ses propos sur Twitter à l'issue de l'émission. 

Le PCF au grand débat national

Fabien Roussel a par ailleurs annoncé sur BFMTV et RMC que le PCF participerait bien au grand débat national initié par l'exécutif.

"Nous allons y participer au mois de mars. Nous irons déposer à l’Elysée ces dizaines de milliers de cahiers d’espoir, de doléances, de revendications, de résistance. Il n’y aura pas de sujet tabou. On ne va pas figer ça comme le président de la République le souhaite. Ce sera ouvert, chacun pourra venir dire ce qu’il a envie de dire et écrire ce qu’il a envie d’écrire", a-t-il précisé.

Céline Penicaud