BFMTV

Plan de déconfinement: 48 heures cruciales pour Emmanuel Macron et Edouard Philippe

Edouard Philippe et Emmanuel Macron à Saint-Etienne-du-Rouvray le 26 juillet 2017.

Edouard Philippe et Emmanuel Macron à Saint-Etienne-du-Rouvray le 26 juillet 2017. - CHARLY TRIBALLEAU / POOL / AFP

Avant de présenter, mardi après-midi, le plan de déconfinement à l'Assemblée nationale, des dernières consultations attendent l'exécutif, mis sous pression par l'opposition et l'opinion.

Deux jours cruciaux. Alors que le déconfinement approche à grands pas, ses contours, encore flous, doivent être présentés ce mardi après-midi à l'Assemblée nationale par Edouard Philippe. Mais avant cela, de nombreux points d'étapes importants vont parsemer les prochaines heures du président de la République et du Premier ministre.

L'enjeu est de taille puisqu'il s'agit de déterminer les conditions dans lesquelles l'activité et la vie quotidienne des Français vont pouvoir reprendre à partir du 11 mai, date choisie par l'exécutif pour entamer le déconfinement progressif du pays. Parmi les chantiers prioritaires: le retour à l'école, la reprise du travail dans les entreprises, le bon fonctionnement des transports publics, l'approvisionnement en masques et gel, la politique de tests et l'accompagnement des personnes âgées.

  • Un premier jet du plan de déconfinement ce lundi midi

Pendant tout le week-end, Jean Castex, le monsieur déconfinement du gouvernement, a reçu les recommandations de chaque ministère concernant le redémarrage du pays, lui permettant de terminer sa copie et de la rendre à Edouard Philippe. 

Ce lundi, au déjeuner, le Premier ministre présentera un premier jet du plan de déconfinement à Emmanuel Macron. Dans l'après-midi, ensuite, une dernière réunion au sommet devrait durer plusieurs heures. Elle réunira, à l’Élysée et autour du Président, Édouard Philippe, Jean Castex et le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran.

  • Le cadre présenté aux élus locaux ce lundi après-midi

Ce lundi après-midi également, aux alentours de 15 heures, la présentation du cadre du déconfinement aux élus locaux se déroulera lors d'une visio-conférence encadrée par Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales.

Une dizaine de ministres et de secrétaires d'Etat devraient l'entourer, parmi lesquels Christophe Castaner, Elisabeth Borne, Jean-Michel Blanquer, Frédérique Vidal, Sébastien Lecornu, Julien Denormandie, Sophie Cluzel, Christelle Dubos, Adrien Taquet, Jean-Baptiste Djebbari et Agnès Pannier-Runacher.

"Les élus pourront nous faire remonter ce qui leur convient ou au contraire ce qui ne va pas avant que le Premier ministre ne donne le détail. On n'attend pas d'eux un rapport écrit, on poursuit les concertations", a détaillé, la semaine dernière, une source gouvernementale à BFMTV.
  • Le plan dévoilé à l'Assemblée mardi à 15 heures

Une fois le plan quasi définitif validé par l'exécutif, ce lundi soir, le Premier ministre va ensuite devoir présenter cette "stratégie nationale du plan de déconfinement" mardi après-midi, à 15 heures, à l'Assemblée nationale. 

À l'issue de la présentation, un débat puis un vote ont été annoncés. Des délais qui sont jugés bien trop court selon une partie de l'opposition et même selon certains membres LaREM, qui demandent "24 heures" entre l'annonce et le vote, le temps de se préparer.

"La réalité, c'est que le plan du gouvernement n'est pas encore prêt, que rien n'est prêt pour le 11 mai, y compris sur l'application 'Stop Covid' et que nous aurons à voter sur des généralités" lors de la présentation mardi, a déclaré Olivier Faure, premier secrétaire du PS, dimanche soir sur notre plateau.

Il a demandé à ce que les députés puissent voter sur ce plan uniquement "lorsque nous aurons l'intégralité des solutions proposées", afin que "nous ayons la possibilité de voter en conscience".

Le chef de file des députés La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a également dénoncé dimanche "l'imposture" et "la méthode insupportable" du gouvernement qui ne laisse "aucun temps d'examen critique" du plan de déconfinement. 

Des députés LR ont aussi demandé un report du vote afin de laisser "un temps de réflexion" aux parlementaires. 

  • Le vote à l'Assemblée maintenu mardi

Malgré ces multiples demandes de l'opposition, le vote sur le plan de déconfinement sera bien maintenu ce mardi, dans la foulée du discours d'Edouard Philippe et du débat, a appris BFMTV auprès de l'Assemblée nationale. Selon cette même source, le report du vote n’est juridiquement pas possible et il n’y a aucun précédent de cet ordre.

Le ministère des Relations avec le Parlement et la présidence de l'Assemblée nationale ont précisé que des dispositions législatives seront nécessaires sur certains aspects et que les députés seront donc saisis à nouveau.

La nouvelle a été annoncée ce lundi matin lors de la Conférence des présidents, organisée en visioconférence. Selon nos informations, Richard Ferrand, le président de l'Assemblée nationale, a affirmé qu'il était déjà "bien qu’il y ait un vote alors que le gouvernement n’est pas obligé". "C’est un accès d’autoritarisme débile", réplique un président de groupe auprès de BFMTV.

Ce vote sera le dernier élément d'un véritable exercice d'équilibriste auquel le gouvernement va se livrer ces prochaines 48 heures. Le tout dans un contexte de défiance: les Français ne sont que 39% à lui faire confiance pour faire face efficacement au coronavirus, soit sept points de moins en une semaine, selon un sondage Ifop pour le JDD.

Anne Saurat-Dubois avec Clément Boutin et AFP