BFMTV

"Passons aux travaux pratiques": Gérard Larcher réclame "des annonces concrètes" face aux violences

Le président du Sénat a notamment critiqué l'absence de réponse forte de l'Etat après les faits divers violents de ces derniers jours.

Il dénonce le laxisme de l'exécutif en matière de sécurité. Le président du Sénat Gérard Larcher, invité ce matin sur BFMTV-RMC, a réagi aux récents événements violents survenus en France.

Après avoir évoqué la mort du chauffeur de bus à Bayonne et le décès d'une jeune gendarme à Agen, le sénateur des Yvelines a fait part de sa préoccupation et attend une réponse ferme de la part du gouvernement face à ce qu'il considère être un "sentiment d'impunité".

"Le sentiment d'impunité est fort"

Interrogé dans un premier temps sur les annonces du gouvernement pour relancer l'économie française impactée par la crise sanitaire, le président de la chambre haute a ensuite changé de sujet pour discuter du volet sécuritaire.

"On a un gouvernement qui majoritairement se situe au centre, au centre-droit... Mais est-ce que depuis trois ans, on a mené une politique de droite? [...] Est-ce que c'est être de droite de qualifier d'incivilités l'assassinat de Bayonne et celui d'Agen?", s'interroge Gérard Larcher.

Une déclaration qui fait écho aux récents propos d'Emmanuel Macron. Invité du 20h de TF1 mardi soir, le chef de l'Etat était revenu sur les violences survenues ces derniers jours. "Nous prendrons toutes les dispositions pour que la réponse judiciaire soit rapide et au rendez-vous de ces incivilités". Un choix des mots critiqués au sein de l'opposition et notamment à droite.

Le président LR du Sénat demande ce matin à en finir "avec les zones de non-droit" et évoque "des moments où le sentiment d'impunité est fort", en référence aux violences qui se sont déroulées il y a quelques semaines à Dijon et cette semaine à Nice.

"Passons aux travaux pratiques"

"Je constate que nous sommes à 600 jours de l'élection présidentielle et qu'on est toujours en attente d'un Etat qui assume ses fonctions régaliennes", déclare Gérard Larcher au micro de BFMTV-RMC.

Le Premier ministre Jean Castex se rendra à Nice ce samedi afin d'évoquer le thème de l'insécurité et des violences qui ont eu lieu ces derniers jours dans le quartier des Moulins. Lundi, une fusillade est survenue en plein jour sur fond de trafic de drogue.

Des actes que le chef du gouvernement a qualifié de "profondément inadmissibles" et qui a promis "des annonces concrètes" face à ces violences. Jean Castex sera notamment accompagné du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et du ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti.

"Des visites oui, maintenant passons aux travaux pratiques et nous n'avons eu aucun de ces travaux pratiques depuis trois ans", estime Gérard Larcher, s'appuyant sur les derniers chiffres sur l'insécurité en France.

Les cambriolages (+6%) et les violences sexuelles (+12%) sont en hausse par rapport à l'année dernière. Les escroqueries sont également en forte hausse depuis plusieurs années déjà.

Hugues Garnier Journaliste BFMTV