BFMTV

"Pas trop dur en ce moment?": Hollande explique son échange avec Macron le 11-Novembre

Emmanuel Macron et François Hollande à Paris sous l'Arc de Triomphe, le 11 novembre 2020

Emmanuel Macron et François Hollande à Paris sous l'Arc de Triomphe, le 11 novembre 2020 - AFP / Yoan Valat

L'ancien chef de l'État a justifié le bref échange qu'il a tenu avec son successeur au cours des commémorations du 11-Novembre. Il affirme avoir voulu faire passer un message à Emmanuel Macron.

Certains avaient jugé ses propos déplacés, en pleines commémorations du 11-Novembre. Invité de France Inter ce vendredi matin, François Hollande est revenu ce vendredi sur son bref échange avec Emmanuel Macron au pied de l'Arc de Triomphe.

"Ça va? C'est pas trop dur en ce moment? Difficile?" avait demandé l'ancien chef de l'Etat à son successeur.

Un échange pour le moins surprenant au regard de la solennité du moment mais dont s'est défendu François Hollande.

"Nous sommes devant des crises majeures. Jamais je pense il n'y a eu une accumulation de crises comme nous les connaissons", explique-t-il au micro de nos confrères.

"Il ne peut pas y arriver seul"

Sous cette remarque bienveillante, François Hollande affirme avoir voulu faire passer un message à son ancien ministre de l'Economie: "c'est qu'il ne peut pas y arriver seul, il doit dialoguer, il doit concerter, associer et faire vivre les institutions."

L'exécutif est confronté à un triple enjeu cet automne: la crise sanitaire qui dure depuis près de dix mois et à laquelle se greffe une crise économique et la menace terroriste qui reste élevée après la survenance de trois attentats en l'espace d'un mois.

"Un homme seul, président de la République même avec tous les moyens que lui confère la constitution ne peut pas parvenir à surmonter cette accumulation de crises", poursuit l'ancien chef de l'État. "Cela sera dur, très dur, pas seulement pour le chef de l'État mais pour tout le monde. À partir de là il faut changer les procédures et les pratiques", conclut-il sans donner plus de précision.
Hugues Garnier Journaliste BFMTV