BFMTV

Primaire à gauche: Vincent Peillon a réglé ses arriérés de cotisation au PS

Vincent Peillon est revenu sur ses propos concernant les "chambres à gaz"

Vincent Peillon est revenu sur ses propos concernant les "chambres à gaz" - Capture d'écran BFMTV

Info BFMTV - Accusé de ne pas avoir payé ses cotisations depuis 3 ans, l'eurodéputé, candidat à la primaire de la gauche, a finalement réglé ses arriérés. Arnaud Montebourg serait lui aussi concerné par des dettes de cotisation.

Vincent Peillon, candidat à la primaire de la gauche, a régularisé sa situation et payé ses arriérés de cotisations ce mercredi au Parti socialiste, 24 heures avant la date limite de dépôt des candidatures pour la primaire. Son règlement devrait arriver dans les prochaines heures, selon nos informations.

Selon des révélations du Canard enchaîné, le député européen n'avait pas payé ses cotisations au Parti socialiste depuis trois ans et avait même une dette envers le PS de près de 20.000 euros. Les statuts du PS prévoient que chaque parlementaire verse mensuellement une participation au prorata de ses indemnités. 

Une accusation qualifiée de "boules puantes" par l'intéressé, qui y voit une attaque de ses adversaires. Mais dans le même temps, Vincent Peillon a assuré que la question serait "réglée dans les 24 heures". 

"Il y a une règle au Parti socialiste qui est celle qu'on est encore membre 2 ans et demi après avoir payé ses cotisations", rappelle Patrick Mennucci, soutien de Vincent Peillon, dans les couloirs de l'Assemblée. "Après, bien sûr, il faut s'interroger sur le moment où ça sort, certains espéraient peut être pouvoir aller à la primaire sans débat de fond. Peillon les gênent, donc ils essayent de qu'ils peuvent pour le salir".

Montebourg visé lui aussi

Il n'est pas le seul candidat à être visé par ces accusations. Selon le Huffpost, Arnaud Montebourg aurait lui aussi du retard dans le paiement de ses cotisations. Une somme qui s'élèverait à environ 30 000 euros, selon le site, voire 80 000 euros selon L'Opinion. L'entourage dément toute irrégularité. 

Le candidat, lui, s'est exprimé via un communiqué sur Facebook. Il "conteste formellement devoir la moindre somme au Parti socialiste". Dans son texte, il rappelle "qu'il n'est plus député depuis 2012, puisqu'il ne s'est pas représenté à cette date, et que les prétendues sommes en cause concerneraient la seule période 2007-2012". Or Arnaud Montebourg, comme il le souligne, a été candidat à la primaire en 2011, "cette précédente candidature ayant été dûment validée sans la moindre réclamation ni contestation sur ces prétendues dettes de cotisation".

A. K. avec Jérémy Trottin