BFMTV

Les socialistes ne devraient pas voter la confiance au gouvernement

Jean-Christophe Cambadélis a démissionné de la présidence du Parti socialiste en juin 2017

Jean-Christophe Cambadélis a démissionné de la présidence du Parti socialiste en juin 2017 - FRANCOIS GUILLOT / AFP

Alors que le Conseil national du Parti socialiste se réunit ce samedi à Paris, l'ancien premier secrétaire du parti a annoncé que la majorité du PS avait décidé de ne pas être dans la majorité présidentielle.

Le Conseil national du Parti socialiste, réuni samedi à Paris, devrait affirmer clairement l'appartenance du parti à l'opposition à la majorité présidentielle, a affirmé l'ancien premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis, en arrivant à la réunion du "parlement" du parti.

"La majorité s'est réunie ce matin, et elle va préconiser au conseil national un vote de clarification et avec Emmanuel Macron et avec Jean-Luc Mélenchon, l'idée que nous ne serons pas dans la majorité présidentielle et donc que nous ne voterons pas la confiance" au gouvernement d'Edouard Philippe, le 4 juillet, a-t-il déclaré.

Cette position, qui s'était dégagée des travaux du Bureau national du parti, mardi après-midi, autoriserait les parlementaires socialistes à voter contre la confiance au gouvernement ou à s'abstenir.

Statutairement, les décisions du Conseil national s'imposent aux parlementaires, même si ceux-ci jouissent constitutionnellement d'une liberté de vote, a souligné un responsable du parti.

Des représentants de l'aile gauche du parti, comme Guillaume Balas ou Marie-Noëlle Lienemann, souhaiteraient pour leur part que le Conseil national se prononce pour un vote "contre" la confiance, excluant donc l'abstention. Mais les membres de la motion majoritaire plaident pour en rester à une formulation plus consensuelle qui permette d'obtenir l'unanimité.

Me.R avec AFP