BFMTV

Le Roux (PS): Copé "produit de la fumée"

Bruno Le Roux, le président du groupe PS à l'Assemblée, s'est moqué de la "curieuse conception de la transparence" de Jean-François Copé.

Bruno Le Roux, le président du groupe PS à l'Assemblée, s'est moqué de la "curieuse conception de la transparence" de Jean-François Copé. - -

Invité de BFMTV, le chef de file des députés socialistes à l'Assemblée est revenu sur l'intervention de Jean-François Copé plus tôt dans la journée. Et n'a pas épargné le président de l'UMP.

La contre-attaque de Jean-François Copé, ce lundi, a largement été commentée. Et la proposition de soumettre à une règle de transparence l'ensemble des acteurs de la vie politique, notamment les médias, a suscité de nombreuses réactions.

Pour Bruno Le Roux, l'intervention du président de l'UMP "pourrait être ridicule, risible, si seulement elle ne visait pas à jeter l’opprobre sur les partis politiques, sur les journalistes, sur les médias".

"Sa conception de la transparence, c’est de mettre les scellés et de faire en sorte qu’on ne puisse pas accéder aux documents. C’est quand même une curieuse conception de la transparence !" a poursuivi le président du groupe PS à l'Assemblée, sur BFMTV. Selon lui, "quand on est dans son bon droit, on produit des documents".

Au PS, "nous sommes totalement transparents"

Interrogé sur le fait de savoir si, à l'instar du MoDem, le PS était prêt à rendre publique sa comptabilité, Bruno Le Roux a répondu: "la loi sur la transparence, nous l’avons voté. Il y a dedans l’article 17 qui donne le pouvoir à la commission de contrôle financier de se faire remettre les documents comptables. Si M. Copé veut redéposer et revoter toutes les lois qu’il n’a pas votées à l’Assemblée nationale, on n’est pas sorti d’affaire !"

Le problème, selon lui, est que Jean-François Copé "veut faire croire que nous sommes mis en cause, mais nous ne le sommes pas ! Nous sommes totalement transparents (...) Il a essayé de produire de la transparence, mais il a produit de la fumée".

En outre, pour le député de Seine-Saint-Denis, la "tentative d’intimidation de M.Copé" montre "une conception particulièrement restreinte de la liberté de la presse".

Y. D.