BFMTV

Julien Dray "favorable à des primaires" au PS pour 2017

Julien Dray était l'invité de BFMTV et RMC lundi matin.

Julien Dray était l'invité de BFMTV et RMC lundi matin. - -

Parti socialiste, élections européennes, nouveau gouvernement: Julien Dray, conseiller régional d'Ile-de-France et proche de François Hollande, était l'invité de BFMTV et RMC

Vice-président PS de la région Ile-de-France, Julien Dray, proche de François Hollande, était l'invité de BFMTV et RMC lundi matin. Voici ce qu'il faut retenir de son interview.

#Le constat: "Hollande va creuser la piscine"

Revenant sur le déficit de popularité de François Hollande, Julien Dray reconnaît: "il est bas. Il va bientôt creuser la piscine, comme on dit! Mais c'est logique, après la manière dont les choses se sont passées sur le plan électoral. Il ne pouvait pas y avoir une embellie, soudainement. François Hollande a besoin de tirer les leçons de tout ça. Mais il a commencé à le faire: il a changé les équipes qui l'entourent, et il se sert de leur énergie."

Mais pour Julien Dray, malgré la forte popularité de Manuel Valls, le Premier ministre ne défiera pas François Hollande. "Ce n'est pas son caractère. Manuel est un homme droit, pas compliqué, pas tordu. Il va jouer la légitimité jusqu'au bout. Pour les Français, le chef, c'est François Hollande."

#L'annonce: "je suis favorable à des primaires"

Comment le PS va-t-il aborder la présidentielle de 2017? Julien Dray se dit "favorable à des primaires", malgré le fait qu'il y ait déjà un président socialiste en poste. "Après tout, c'est ce que font les Américains: le parti démocrate fait des primaires même avec un président sortant", argumente-t-il. Mais dans le cas d'une primaire, François Hollande pourrait donc être en compétition avec son Premier ministre.

Pourtant, Julien Dray assure qu'entre Manuel Valls et François Hollande, "il n'y aura pas de conflits d'homme, l'un et l'autre sont assez grands pour comprendre que cela serait mortifère pour la gauche".

#Le clash: "Hollande a voulu refaire SOS Racisme à la tête du PS"

Cofondateur de SOS Racisme, Julien Dray connaît bien Harlem Désir, ancien premier secrétaire du PS récemment nommé secrétaire d'Etat aux Affaires européennes. "Je lui ai dit que SOS Racisme le dépassait, qu'il était le représentant d'une certaine morale, d'une certaine rigueur. Et je pense que la formule qui a été prise au PS n'a pas été la bonne. Il a failli à quelque chose et il aurait dû aller jusqu'au bout: il aurait dû être candidat aux européennes, constater qu'il n'a pas réussi comme il l'espérait et remettre son mandat en jeu", explique Julien Dray.

Mais il ajoute: "je ne veux pas faire du 'Harlem Bashing', car je l'ai vu se débattre (...) C'est un garçon pour qui j'ai beaucoup d'affection. J'étais un peu surpris quand on lui a proposé ce poste. Il sera un très bon ministre des Affaires européennes, c'est un homme sérieux, mais ce n'était pas sa tradition de construire des organisations" à la tête du PS.

Enfin, Julien Dray attaque: "François Hollande a cru qu'on allait refaire SOS Racisme à la tête du PS, donc il a placé les anciens - et il a juste oublié Julien Dray à l'époque! Mais ça ne marche pas comme ça".

Ariane Kujawski