BFMTV

Huchon bientôt animateur de rock sur une grande radio?

Jean-Paul Huchon lors de son dernier discours en tant que président de la région Ile-de-France, le 25 septembre 2015.

Jean-Paul Huchon lors de son dernier discours en tant que président de la région Ile-de-France, le 25 septembre 2015. - François Guillot - AFP

Le président de la région Ile-de-France s'apprête à passer le relais, et pense déjà à sa reconversion... Non sans une certaine nostalgie.

Jean-Paul Huchon est-il passé à côté de sa vocation de rockeur? Le président de la région Ile-de-France, sur le point de passer le relais, envisage bon gré mal gré sa future carrière. Dans Le Parisien lundi, il affirme avoir été contacté pour animer une émission rock.

"On m'en a parlé, y compris des grandes radios", lance-t-il très sérieusement. Il est vrai que Jean-Paul Huchon n'a jamais caché son goût pour le rock.

En 2013, il confiait à Libération son goût pour Nick Cave, Archive ou encore Trust. Une carrière ratée?

"La vérité, c'est que la politique a calmé mes ardeurs. Si je n'avais pas décidé de faire de la politique, j'aurais été beaucoup moins calme", répondait-il en riant.

"Je pensais qu'il fallait un père pour la région"

Aujourd'hui, celui qui s'apprête à faire ses cartons n'a pourtant pas vraiment la banane. Lui qui était prêt à reparti en campagne pour un 4e mandat s'est fait doubler par Claude Bartolone. Il y croyait, pourtant.

"Je pensais que la période était dure et qu'il fallait un père, quelqu'un sur qui se reposer", explique-t-il. Nostalgique, il évoque ses souvenirs et ses fiertés: parmi elle, l'accueil des habitants de la région – "c'est formidable de voir comme ils sont gentils" – et le fait d'avoir "fait fonctionner l'assemblée sans accroc". 

Mais en bon amateur de rock, Jean-Paul Huchon revendique la création du festival Rock en Seine, qui a lieu depuis 2003 dans le parc de Saint-Cloud à la fin du mois d'août. "C'est une grande joie de permettre à 150.000 personnes, en fin d'été, de pouvoir écouter la musique qu'elles aiment", conclut Jean-Paul Huchon.

A. K.