BFMTV

Gérard Bapt favorable à une suspension du groupe France-Syrie à l'Assemblée

Gérard Bapt à l'Assemblée le 27 septembre 2011.

Gérard Bapt à l'Assemblée le 27 septembre 2011. - Jacques Demarthon - AFP

Le député socialiste avait été fortement critiqué par son parti pour être parti en Syrie avec d'autres élus. Gérard Bapt se déclare finalement pour la suspension du groupe France-Syrie à l'Assemblée, comme l'avait suggéré Bruno Le Roux.

Critiqué pour s'être rendu en Syrie avec trois autres élus, Gérard Bapt, député socialiste, se dit favorable à une suspension du groupe France-Syrie à l'Assemblée nationale, comme l'ont proposé Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l'Assemblée et Claude Bartolone.

Le député va, en outre, passer devant les membres de la Haute autorité du Parti socialiste. Une décision que lui a présentée Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire, lors d'un entretien au siège rue de Solférino, a déclaré Gérard Bapt à la presse à sa sortie.

"Vérifier que l'éthique a été respectée"

Cette instance créée récemment, présidée par l'avocat Jean-Pierre Mignard, peut prononcer après examen du dossier et auditions, des sanctions allant du blâme à l'exclusion. "Je te propose de rencontrer la Haute autorité de manière à bien vérifier que l'éthique a bien été respectée", a précisé Gérard Bapt en rapportant les propos de Jean-Christophe Cambadélis. Le premier secrétaire "m'a dit que ce n'était pas le moment, le bon contexte", pour se rendre en Syrie, tout en disant qu'il "comprenait ma démarche".

Interrogé sur la demande de suspension du groupe d'amitié évoquée lundi par le chef de file des députés PS, Gérard Bapt a répondu: "Avec Bruno Le Roux et Claude Bartolone (le président de l'Assemblée), on a pensé que dans une situation de ce type-là, il était licite, il était logique de suspendre l'activité d'un tel groupe qui reprendrait dès que la solution de normalisation politique sera retrouvée".

Le groupe est donc suspendu? "Oui, mais il faut quand même que je demande l'avis du bureau de ce groupe qui, j'espère, suivra cette proposition". "A-t-il des raisons d'exister s'il ne peut pas y avoir de témoignages d'amitié, ce qui est le cas, puisque les relations diplomatiques n'existent pas?", a interrogé le député. Suspendre le groupe d'amitié "va faire retomber le soufflé" et c'est "la meilleure des mesures que l'on puisse trouver à l'heure actuelle", a jugé Hugues Fourage, porte-parole des députés PS.

A. K. avec AFP