BFMTV

Droit du sol: "L'UMP est dans une spirale folle", dénoncent les députés PS

La proposition de Jean-François Copé de réformer le droit du sol a été dénoncée par le PS, qui l'accuse de flirter avec "la ligne FN".

La proposition de Jean-François Copé de réformer le droit du sol a été dénoncée par le PS, qui l'accuse de flirter avec "la ligne FN". - -

La proposition de Jean-François Copé de réformer le droit du sol français a fait bondir les députés socialistes. Et provoqué un haussement d'épaules au Front national, qui n'y voit qu'une opportunité "électoraliste".

Le droit du sol français doit-il être remis en cause? La proposition de Jean-François Copé, qui présentera un texte visant à le réformer d’ici à la fin de l’année, a fait bondir les députés de gauche. Alors que l'affaire Leonarda est encore dans toutes les têtes, le président de l’UMP souhaite en effet mettre fin à l’acquisition automatique de la nationalité pour les enfants nés en France de parents étrangers.

De quoi faire réagir les députés PS du courant de la Gauche forte, qui ont accusé le président de l’UMP de reprendre "la ligne du FN". "Historiquement, l'abolition du droit du sol a constitué une des mesures phares du Front national, avec la fin de la double nationalité. Cette proposition apparaît d'ailleurs encore dans le programme de 2012 de Marine Le Pen", rappellent Yann Galut et Alexis Bachelay dans un communiqué, soulignant l'influence de "la ligne Buisson" sur Jean-François Copé.

Bruno Le Roux, lui, voit dans l’idée du président de l'UMP une "proposition d’apprenti sorcier". "Est-ce que Jean-François Copé a fait ces propositions il y a deux ans quand il pouvait le faire?" s'est demandé le patron des députés socialistes dans les couloirs de l'Assemblée. "On vient essayer d'allumer une alumette. Je pense que l'UMP est dans une spirale totalement folle à vouloir mettre en oeuvre des débats qui ne profitent qu'au Front national", a ajouté le député de Seine-Saint-Denis.

Le FN dénonce de "l'enfumage à visée électoraliste"

Du côté du FN justement, on fustige la méthode Copé. "L'annonce de Jean-François Copé relative au droit du sol relève, comme d'habitude à l'UMP, de l'enfumage à visée électoraliste", écrit Florian Philippot dans un communiqué. "Au pouvoir entre 2002 et 2012, l'UMP a eu dix ans pour réformer le droit du sol ou pour le supprimer. Elle n'a rien fait. Elle attend d'être dans l'opposition, et minoritaire, pour faire une timide proposition, ce qui démontre son manque flagrant de sincérité", a déploré Florian Philippot.

Sincérité ou proposition électoraliste? Dans tous les cas, rien n'est encore fait. Le porte-parole de François Fillon, Jérôme Chartier, a tenu à nuancer l'idée de Jean-François Copé, en rappelant que "rien n'a été décidé. Ce qu'on a évoqué ce matin, c'est le fait qu'on mette le sujet sur la table (...)". Mais selon lui, "cela ne veut pas dire qu'on met en cause ce qu'on appelle le droit du sol". Pas sur toutefois que cette mise au point parvienne à calmer la colère du côté socialiste.

A. K.