BFMTV

Contrôles d’identité : les jeunes socialistes se mobilisent

Thomas Marchal-Beck discute avec un passant, à Evry ce jeudi.

Thomas Marchal-Beck discute avec un passant, à Evry ce jeudi. - -

Lutter contre les contrôles au faciès via une demande de récépissé : si le projet a finalement été enterré par Manuel Valls, une partie de la gauche veut tenter l'expérience.

Le récépissé enterré ? Par pour tout le monde. Le Mouvement des jeunes socialistes organise des journées d'action pour soutenir cette méthode, notamment à Evry, la ville de celui-là même qui a décidé de ne pas valider le récépissé : Manuel Valls.

Nous sommes dans l’entrée d’un hall commercial, en plein centre d’Evry : ici, les jeunes socialistes sont sûrs d’obtenir une écoute attentive. Des passants se disent favorables au récépissé : certains ont été contrôlés des dizaines de fois en quelques mois. C'est le cas de Malason Sissoko, pour qui "l'idée est intéressante".

Le ministre de l’Intérieur s’est laissé convaincre par les syndicats : le dispositif serait trop lourd et entraînerait la stigmatisation des policiers. Le MJS veut au contraire montrer que le récépissé installe plus de transparence pour tout le monde. Nour, une habitante d’Evry, est d'accord avec l'initiative : "Les motifs du contrôle sont plus clairs, les raisons du contrôle sont plus claires… Ca instaure de la confiance", estime-t-elle.

Valls a peu de marge de manœuvre

Mais la marge de manœuvre est mince pour Manuel Valls : il doit respecter les promesses du Président en matière de discrimination raciale, sans compliquer le travail des policiers sur le terrain.

"Je comprends les difficultés qu’il a, mais il ne doit pas oublier ceux qui attendent tant de la gauche et ont voté François Hollande pour que la République n’accepte pas les discriminations en son sein, pour qu’elle les combatte sans relâche", explique Thierry Marchal-Beck, président du MJS.

Les jeunes socialistes souhaitent au-moins une expérimentation du récépissé à chaque contrôle. Bertrand Delanoë à Paris et Martine Aubry à Lille, y sont favorables.

Sujet vidéo : Patrick Sauce, Pierre Caillé