BFMTV

Congrès PS: Aubry va-t-elle se rallier à Cambadélis?

La maire de Lille Martine Aubry, le 13 septembre 2014

La maire de Lille Martine Aubry, le 13 septembre 2014 - Philippe Huguen - AFP

L'heure est venue pour chaque courant du PS de compter ses rangs, avant le congrès de juin prochain. Les aubrystes présenteront-ils leur propre motion, ou signeront-ils la même que Manuel Valls? Date limite oblige, l'ancienne première secrétaire du PS est obligée de lever le voile sur ses intentions avant ce samedi.

Quand sonneront les douze coups de minuit ce vendredi, Martine Aubry devra avoir fait son choix: présenter une motion à part, ou soutenir celle du premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, dans la perspective du congrès du Parti socialiste, du 5 au 7 juin prochains.

La maire de Lille doit opter pour une motion, autrement dit un programme, en vue du congrès de Poitiers. Ces motions seront enregistrées samedi après-midi par le Conseil national du parti avant d'être soumises aux militants socialistes le 21 mai. L'enjeu pour Martine Aubry? Appuyer la politique de François Hollande ou le pousser à infléchir ses choix sur sa gauche. Pour l'heure, et alors qu'elle avait prévu de se prononcer mardi, Martine Aubry a laissé planer le doute sur ses intentions. Quelles sont ses options?

Aubry/ la fumée blanche sortira normalement à 19h30. Martine Aubry tiendra un pt-presse après avoir réuni ses amis à l'Assemblée #CongrèsPS
— Adrien Gindre (@agindre) 10 Avril 2015

> Une motion commune avec les frondeurs: peu probable

Les frondeurs, qui forment l'aile gauche du parti socialiste, vont déposer leur propre motion. Leur chef de file, autrement dit le prétendant au poste de premier secrétaire, n'est autre que Christian Paul, un député proche de Martine Aubry. Mais, si les frondeurs ont fait les yeux doux à cette dernière, il semblerait que l'union ne soit pas au programme dans les rangs aubrystes.

D'après Marianne, la maire de Lille serait très fâchée contre Benoît Hamon depuis sa sortie du gouvernement.

> Une motion en solo: la botte secrète

Martine Aubry, qui n'a jamais caché ses réserves à l'égard de la politique de Manuel Valls, pourrait faire le choix d'une motion à part afin de faire davantage pression sur François Hollande. En clair, il s'agirait d'une nouvelle candidature au poste de première secrétaire.

Cette décision réduirait l'assise du gouvernement au sein du parti. Mais rien ne garantit que Martine Aubry choisisse de porter haut ses idées au risque de voir le parti en souffrir. "Je prépare un texte profondément révisé de la contribution de Cambadélis mais aussi une motion", a-t-elle néanmoins assuré début avril dans une forme d'ultimatum indirect. Il y a quelques mois, Martine Aubry avait déposé une "contribution", faisant un premier pas vers la motion.

> Un rapprochement avec Cambadélis: sous conditions

Dans sa motion, qui est la favorite, le premier secrétaire du parti, Jean-Christophe Cambadélis veut réunir un maximum de tendances. Claude Bartolone, Jean-Marc Ayrault et Bruno Le Roux le soutiennent. Le Premier ministre Manuel Valls devrait aussi signer.

Et Martine Aubry? Oui, d'après Le Figaro, c'est fait. Pourquoi pas, semblait jusqu'à présent penser Marine Aubry, mais à condition d'avoir des signaux forts de la part du gouvernement. "Je n'irai pas signer un texte si j'ai des désaccords profonds", avait-elle mis en garde dans le même quotidien.

Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, garde espoir et "souhaite que Martine Aubry s'inscrive dans la majorité du PS". Mettant en avant des mesures du quinquennat Hollande - compte pénibilité, droits rechargeables au chômage etc. - il assure: "Nous irons plus loin demain" et affirme que "Martine Aubry a toute sa place dans cette construction du progrès social". Juliette Méadel, l'une des porte-parole du PS, a également déclaré sur Sud Radio avoir de "bonnes raisons de penser" qu'une synthèse sera faite.

#CongrèsPS #motion «C'est un débat sérieux que je mène avc Martine Aubry sur la capacité de rassemblemt du PS et le renouveau de la gauche»
— Jean-Chr. Cambadélis (@jccambadelis) 9 Avril 2015

A quelques heures du choix, la décision de Martine Aubry dépend donc vraisemblablement des promesses qui lui seront faites au niveau gouvernemental.

D'ici samedi, deux autres motions minoritaires pourraient aussi être adoptées: celle des "non-alignés", menée par Karine Berger, Valérie Rabault, Yann Galut et Alexis Bachelay et, à l'aile droite, la motion du pôle des Réformateurs, derrière Gérard Collomb.

Aurélie Delmas