BFMTV

Benoît Hamon: le chômage, "un échec pour le pays"

Benoît Hamon est l'invité de Jean-Jacques Bourdin.

Benoît Hamon est l'invité de Jean-Jacques Bourdin. - BFMTV

Benoît Hamon était l'invité de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi 28 novembre sur BFMTV et RMC. L'ancien ministre de l'Education a remis en cause les choix économiques du gouvernement.

L'ancien ministre de l'Education nationale et actuel député des Yvelines était l'invité ce vendredi de Jean-Jacques Bourdin. Il a remis en cause la politique économique du gouvernement et s'est dit prêt à voter contre un projet de loi assouplissant les conditions encadrant le travail le dimanche.

> Travail le dimanche: opposé "par principe"

Benoît Hamon s'est dit opposé à l'assouplissement des conditions encadrant le travail le dimanche, sauf pour les "zones touristiques". Il se dit "par principe" en faveur d'un jour "où l'on ne produit pas, où l'on ne travaille pas et où l'on ne consomme pas".

Si le ministre de l'Economie Emmanuel Macron proposait une loi assouplissant les conditions du travail le dimanche, alors le député "votera contre" le texte. "Moins le travail le dimanche sera extraordinaire, moins les compensations pour les salariés seront hautes", a expliqué Benoît Hamon pour justifier sa position.

> Le chômage: "un échec"

"C'est un échec pour le pays (...), c'est forcément un échec. Ce qui ne veut pas dire que des politiques n'ont pas été tentées." Evoquant le chômage, Benoît Hamon a estimé que les "choix économiques" du gouvernement n'ont pas été les bons.

"Il est essentiel de relancer l'économie au niveau européen", estime le député. C'est "l'Europe", qui est "l'entité sans dette", qui doit participer à la relance économique selon Benoît Hamon. Le député des Yvelines estime que l'Union européenne doit s'endetter à hauteur de 10% de son PIB.

> 35 heures: "Ne pas démanteler les grandes conquêtes"

L'ancien ministre a évoqué l'assouplissement du marché du travail prôné par un récent rapport franco-allemand: "Pour qu'il y ait moins de chômeurs, on nous explique qu'il faut licencier plus facilement, c'est ça le raisonnement?"

Le député PS a assuré être opposé à l'assouplissement des 35 heures. "La tâche historique de la gauche n'est pas de démanteler ou de démolir un certain nombre des grandes conquêtes qui ont fait, parce que l'on travaillait moins, que l'on pouvait mieux concilier vie professionnelle et vie personnelle", a déclaré Benoît Hamon, selon qui les 35 heures ont créé "450 000 emplois".

> Le Congrès du PS: "Je m'impliquerai"

Evoquant le prochain Congrès du Parti socialiste, Benoît Hamon n'a pas voulu dire s'il allait tenter de briguer la tête du PS. "Je m'impliquerai dans ce Congrès de toute façon", a-t-il cependant affirmé. "Je suis parfaitement capable d'être candidat encore", a-t-il conclu.

> Palestine: "Il faut reconnaître cet Etat"

Benoît Hamon estime nécessaire d'"inviter la France, la République française, de reconnaître l'Etat de Palestine", à propos de la proposition allant en ce sens qui devrait être votée mardi par les députés.

Maxence Kagni