BFMTV

Mariage homo : les dix qui ont fait le débat à l'Assemblée

La ministre de la Justice Christiane Taubira lors de son discours sur le mariage homo, le 29 janvier 2013, à l'Assemblée nationale

La ministre de la Justice Christiane Taubira lors de son discours sur le mariage homo, le 29 janvier 2013, à l'Assemblée nationale - -

Le débat sur le "mariage pour tous" qui vient de s'achever a permis à des personnalités politiques d'émerger, à d'autres de se réaffirmer. BFMTV.com fait le point.

Au terme de dix intenses jours de débat, l'étude de la loi Taubira a pris fin ce samedi matin. Le débat sur le "mariage pour tous" a permis à des personnalités politiques d'émerger, à d'autres de se réaffirmer. BFMTV.com revient sur ce débat avec les dix hommes et femmes politiques qui l'ont incarné.

Taubira, la révélation

"Elle s'inscrira dans la lignée des grands Gardes des Sceaux. Comme Simone Veil et Robert Badinter", affirme le député PS Jean-Jacques Urvoas, président de la commission des lois. Christiane Taubira est certainement LA révélation de ce débat parlementaire sur le mariage pour les couples de même sexe.

Dès le discours d'ouverture, la Garde des sceaux a montré ses talents d'oratrice, eclipsant directement la ministre de la Famille Dominique Bertinotti. Faisant preuve de lyrisme en citant - sans notes- le poète Léon-Gontran Damas, Christiane Taubira est devenue une "ministre super star", un succès confirmé par les sondages.


Les passes d'armes ont été nombreuses entre la ministre de la Justice et les députés d'opposition, comme lorsqu'Elie Aboud emploie les expressions "triangle rose" et "triangle noir" ou bien encore en réponse à David Douillet, qu'elle envoie au tapis.

Bartolone, l'inépuisable

Il a siégé 67 heures la première semaine pour présider en personne les débats sur le mariage pour tous et l'adoption par les couples homosexuels. Claude Bartolone est infatigable. Son secret ? Manger des carrés chocolats noir à chaque suspension de séance.

Si son endurance est saluée, son humour et son impartialité le sont tout autant. Ce mardi, Christian Jacob, le chef de file des députés de l'opposition, a lui clairement salué son travail. "Je remercie le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone qui a su mettre de l'ordre et apporter calme et sérénité".

Mariton, le rappel au règlement

Une bonne séance parlementaire commence par un bon rappel au règlement d'Hervé Mariton. Le député de la Drôme aura usé de toutes les ruses pour gagner du temps de parole. Interrompre la séance grâce à un nouveau rappel au règlement de l'Assemblée nationale, déposer des amendements par dizaines, il aura tout essayé.

Très assidu dans l'hémicycle, Hervé Mariton était déjà très engagé contre le mariage être personnes de même sexe.

Buffet, contre "les conservateurs"

La députée communiste s'est illustrée à plusieurs reprises dans ce débat. Avec fougue, l'ex numéro un du PC a réaffirmé son engagement pour la PMA et a balayé les tentatives de confusion sur la GPA de la part de la droite.

Fustigeant les conservateurs, Marie Georges Buffet a déclaré avec verve : "C'est contre vous que l'on [les femmes] s'est battues tout au long de ces décennies."


Marie-George Buffet balaye la motion... par GroupeSRC

Sergio Coronado : "Vous auriez pu me traiter dé pédé"

En l'espace de dix jours, le député écologiste des Français hors de France a gagné en notoriété. Sergio Coronado s'est tout d'abord fait remarqué sur Twitter où il n'hésite pas à comparer le député d'opposition Hervé Mariton à la rigide Bree Van de Kamp de "Desperate Housewives".

Plus encore, après avoir été qualifié d'hystérique, Sergio Coronado -dont l'homosexualité n'est pas un secret- a répondu à Christian Jacob. Pour lui, c'est une référence aux suffragettes, aux "343 salopes" et aux hommes "invertis" du 19e siècle, il déclare : "Vous auriez pu me traiter dé pédé, puisque c'est là que vous voulez en venir. J'assume, j'en suis fier et je n'ai pas du tout envie de raser les murs malgré vos injures."

Christian Jacob, l'autre chef

Le président du groupe UMP à l'Assemblée a été très présent pendant ces dix jours de débat. Christian Jacob a multiplié les demandes de suspension de séance (pour faire durer un peu le plaisir). Il est également au coeur de différentes altercations avec la majorité parlementaire et le gouvernement. En bon capitaine d'équipe, il a mouillé le maillot.

Erwann Binet, "laborieux, laborieux"

Jeté dans le grand bain de l'Assemblée nationale, le rapporteur de loi, Erwann Binet, a peiné à s'imposer. Loin de l'éloquence de la ministre de la Justice, le député de l'Isère devait faire face aux voix de l'oposition qui scandaient : "laborieux, laborieux !"

Erwann Binet s'est justifié : "Le rôle de rapporteur est essentiellement préparatoire et technique." À seulement 40 ans, il se sera au moins fait connaître de ses pairs.

Gosselin : "le Las Vegas du mariage"

Le président du collectif "Maires pour l'enfance" s'est illustré lors du débat sur l'alinéa 15 de l'article 1er qui permet le mariage entre deux personnes de même sexe et dont l'un des deux n'a pas la nationalité française.

Craignant un "tourisme nuptial", Philippe Gosselin s'est inquiété que "la France ne devienne le Las Vegas du mariage". Réponse de Marie-Georges Buffet : "À la peur de l'étranger vous ajoutez maintenant la peur de l'homosexuel étranger."

Poisson, Boutin version 2013

Le vice-président du parti démocrate chrétien a essayé de jouer dans le débat sur le "mariage pour tous". A grands renforts d'amendements, Jean-François Poisson pris le relais de Christine Boutin, rendue célèbre par le débat sur le Pacs en 1998. Même si elle n'est plus élue au Parlement, Christine Boutin était régulièrement présente aux tribunes de l'Assemblée nationale, poursuivant ainsi son engagement contre le mariage pour les couples de même sexe.

Le Fur, "le théâtre de boulevard"

Le député UMP des Côtes d'Armor a fustigé la fin du théâtre de boulevard avec la disparition de la "belle-mère" du code civil qu'entraînerait selon lui, le vote du "mariage pour tous". Une envolée lyrique et humoristique qui amènera de nombreux rires dans l'hémicycle.

Marc Pédeau