BFMTV

Liste noire de Poutine: Bartolone menace d'annuler un voyage à Moscou, si Le Roux n'en est pas

Claude Bartolone à l'Assemblée nationale, le 14 avril 2015.

Claude Bartolone à l'Assemblée nationale, le 14 avril 2015. - Eric Feferberg - AFP

En réaction à la liste noire établie par le Kremlin, qui interdit le sol russe à des personnalités européennes, dont Bruno Le Roux, Claude Bartolone a indiqué que le président du groupe socialiste à l'Assemblée fera partie d'une délégation française en voyage à Moscou, en juin. Et que le déplacement serait annulé si l'entrée en Russie lui était refusée.

Claude Bartolone tape du poing sur la table. Le président de l'Assemblée nationale a réagi, ce lundi matin, sur Europe 1, à la liste noire établie par le Kremlin, qui interdit à 89 personnalités de l'Union européenne d'entrer sur le sol russe, en réponse aux sanctions prononcées par Bruxelles. Une liste sur laquelle figure, entre autres, le président du groupe socialiste à l'Assemblée, Bruno Le Roux.

Une délégation parlementaire française à Moscou en juin

"Que-ce que ça veut dire? C'est du délit de sale gueule, encore une fois?", a interrogé Claude Bartolone, visiblement irrité par cette sanction. Et le président de l'Assemblée nationale d'annoncer que Bruno Le Roux fera partie de la délégation de députés pour un déplacement prévu en Russie durant le mois de juin. "Je demanderai à Bruno Le Roux de venir. Et si les Russes n'acceptent pas, il n'y aura pas de délégation", a prévenu Claude Bartolone.

Ce voyage est prévu à l'invitation de la Douma dans le cadre des activités la Grande commission parlementaire France-Russie, organe permanent commun à l'Assemblée nationale et à la Douma composé de parlementaires de ces deux assemblées, a indiqué l'entourage de Claude Bartolone.

Une "affaire politique"

Dimanche, Bruno Le Roux, a estimé que cette liste établie par Moscou constitue d'un "acte d'hostilité" envers "l'Europe, la France et le Parlement français". 

"Ce n'est pas une affaire personnelle, c'est une affaire politique", a-t-il ajouté, assurant que ce fichage ne lui fait "ni chaud ni froid". "Je suis sur cette liste comme président d'un groupe politique (...) qui a toujours soutenu depuis maintenant plusieurs mois la position de médiation de la France dans le conflit avec l'Ukraine".

A.S.