BFMTV

Bartolone "souhaite simplement au président d'être heureux"

Le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone

Le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone - -

"Valérie Trierweiler est aujourd'hui hospitalisée et, elle n'a pas à apprendre par la télévision" la nature de ses relations avec le président de la République", a estimé Claude Bartolone, mardi soir sur BFMTV.

La président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone n'a pas dérogé à la règle à l'issue du grand oral présidentiel: la vie privée de François Hollande ne regarde personne. "Valérie Trierweiler est aujourd'hui hospitalisée et, elle n'a pas à apprendre par la télévision" la nature de ses relations avec le président de la République, a-t-il commenté sur BFMTV.

"Sur toutes les étapes de sa vie privée, comme dans les engagements qu'il a eu l'occasion de prendre devant les Français, le président de la République s'est fixé des étapes et il pourra être jugé mois par mois", a poursuivi Claude Bartolone.

"Le droit d'aimer"

"Sur cette question de la séparation de la vie privée et de la vie publique, j'ai déjà eu l'occasion de dire ce que je pense de la démocratie paparazzi", a-t-il expliqué avant d'expliquer que "plus les hommes politiques sont heureux, plus ils sont bons. Je ne souhaite qu'une chose au président de la République, quel que soit son choix, qu'il soit heureux".

Un appel au bonheur et à l'amour qui fait florès dans la majorité puisque le maire de Paris Bertrand Delanoë a, lui aussi, revendiqué à l'occasion de ses voeux "le droit d'aimer" de François Hollande.

Samuel Auffray