BFMTV

Paris: "stabilisée", la dette de la Ville "n'augmentera pas cette année"

Selon la mairie de Paris, la dette de la Ville n'augmentera pas cette année.

Selon la mairie de Paris, la dette de la Ville n'augmentera pas cette année. - AFP

La mairie de Paris se félicite d'avoir stabilisé sa dette l'an dernier.

"Tous les indicateurs sont au vert". Le premier adjoint d'Anne Hidalgo, Emmanuel Grégoire se réjouit ce jeudi dans Le Parisien de la stabilisation de la dette de la Ville.

"Nous sommes arrivés à financer plus de 90% de nos investissements, grâce à nos ressources. Conséquences: nous avons eu besoin d'emprunter beaucoup moins", explique-t-il à nos confrères. 

Alors que la Ville envisageait une hausse de 600 millions d'euros de la dette, elle n'aura été "que de 200 millions" en 2018. Pour l'année 2019, l'objectif de l'exécutif est de parvenir à ne pas augmenter du tout le montant de la dette, ce qui serait "inédit depuis 2001", selon Emmanuel Grégoire.

Pour expliquer la stabilisation de la dette, le premier adjoint met en avant la maîtrises des dépenses de fonctionnement mais aussi les recettes de mutation perçues lors des transactions immobilières ainsi que la vente de certains actifs de la Ville: "propriétés, terrains, droits à construire).

Un endettement "utile"

La dette devrait atteindre 6 milliards d'euros d'ici la fin de la mandature l'an prochain, estime le bras droit d'Anne Hidalgo. Régulièrement, l'opposition critique l'augmentation de la dette de la Ville de Paris, multipliée par six depuis 2001. Mais pour Emmanuel Grégoire, son montant reste "très faible".

"Paris reste l'une des grandes villes parmi les moins endettées de France" insiste-t-il, défendant un endettement utile pour financer "du logement social, des crèches, des rénovations d'école, des créations de bibliothèque, des réaménagements de l'espace public". 

Carole Blanchard