BFMTV

Paris: Gaspard Gantzer explique comment il ferait pour supprimer le périphérique

Gaspard Gantzer sur le plateau de BFMTV

Gaspard Gantzer sur le plateau de BFMTV - Image BFMTV

Invité de Et en Même Temps ce dimanche soir, Gaspard Gantzer a assuré vouloir développer des alternatives à la voiture afin de supprimer à terme le périphérique parisien.

S'il n'est pas encore officiellement candidat à la mairie de Paris, Gaspard Gantzer et son mouvement "Parisiennes, Parisiens", a déjà quelques idées pour la Capitale. L'ancien conseiller en communication de François Hollande souhaite notamment supprimer le périphérique. Ce dimanche sur notre antenneil a tenu à détailler son projet.

"La ville est très dense. Nous proposons de l'agrandir en lui donnant de l'air. Il faut trouver des alternatives au périphérique qui se trouve à seulement 5 km du centre de Paris. Il n'y a pas une métropole mondiale qui a une barrière autoroutière si proche du centre", a expliqué l'ancien porte-parole de Bertrand Delanoë sur le plateau de BFMTV, ajoutant que le périphérique contribuait à "une ultra concentration de la population, des problèmes de sécurité et de propreté".

"D'abord créer des alternatives en matière de transport public"

Interrogé sur la faisabilité de ce projet, Gaspard Gantzer a cité l'exemple de la capitale de la Corée du Sud, Séoul, qui depuis plusieurs années se sépare de ses autoroutes urbaines, avant d'assurer vouloir trouver en amont des alternatives:

"Il ne faut évidemment pas dynamiter le périphérique en mars 2020. Il faut d’abord créer des alternatives en matière de transport public. Il faut réguler le trafic autour de Paris, réduire la place de la voiture et investir massivement dans les transports publics", a-t-il assuré.

Pour Gaspard Glantzer, la suppression du périphérique et ses alternatives permettraient de désenclaver les banlieues: "Quand l’Etat réduit le Grand Paris Express je trouve que c’est une faute presque criminelle (...) Je ne supporte plus l'idée d'être enfermé dans la muraille du périphérique, il y a Paris intra-muros et le reste, ce n'est pas possible. Les habitants de la banlieue se sentent Parisiens mais exclus de Paris", a-t-il affirmé. Inauguré en avril 1973 et long de 35 kilomètres le périphérique parisien est emprunté par près de 250.000 voitures chaque jour.

Guillaume Dussourt