BFMTV

Pacte de stabilité: Valls a bien manoeuvré en coulisses

RMC politique, du lundi au vendredi à 7h25 sur RMC.

RMC politique, du lundi au vendredi à 7h25 sur RMC. - -

Véronique Jacquier revient, ce mardi, sur le vote du programme de stabilité qui aura lieu cet après-midi à l'Assemblée nationale. Comme convenu il y a de moins en moins de députés socialistes frondeurs. Manuel Valls a bien manœuvré en coulisse.

Manuel Valls a lâché du lest hier. Mesure pour les petites retraites. Mesure pour les fonctionnaires aux petits salaires. Mais c'est du trompe l'œil ! Ce sont sont des mesurettes sur un plan d'économie de 50 milliards. Et surtout le Premier ministre ne revient pas sur ce qui fait le cœur de la contestation à gauche: le supposé cadeau de 30 milliards d'euros aux entreprises à travers le pacte de responsabilité. Donc on a vu et entendu râler des députés socialistes pendant dix jours. Depuis hier soir on entend les mêmes dire que comme le Premier ministre a fait des efforts envers les plus modestes, ils voteront le plan d'économie du gouvernement. Pourtant si ce n'est plus la même copie, c'est le même effort qui est demandé à une majorité de français !

Les députés se couchent facilement devant le Premier ministre ?

Facilement, non. Mais Manuel Valls a sorti le grand jeu. Il a écrit aux élus socialistes pour expliquer ses concessions. Ce matin il viendra encore faire le service après-vente devant les députés réunis à l'assemblée nationale. En coulisses, les amis de Manuel Valls rappellent aussi que le plan d'économie n'a rien à voir avec celui de Pierre Mauroy en 1983. A l'époque forte augmentation des impôts, des taxes sur l'alcool, le tabac, la vignette auto. A côté, le plan de 50 milliards sur trois ans est PRESQUE indolore pour les français. Et puis Manuel Valls remet le Parti Socialiste au centre du jeu. Il devient comme sous Lionel Jospin le lieu des arbitrages. Hier soir le bureau national a validé le plan d'économie.

Donc pas de suspense cette après-midi lors du vote.

Il y aura une trentaine d'irréductibles socialistes qui disent toujours vouloir s'abstenir. L'un d'entre eux m'a confié: "On a rien contre Manuel Valls, mais on doute de l'efficacité du plan d'économie". Donc en principe pas de suspense. Le suspense viendra du probable recentrage de la majorité. Manuel Valls devrait bénéficier d'une "abstention d'encouragement" des centristes de l'UDI ! Les Verts eux, une fois de plus, font la fine bouche: abstention et vote contre au programme. Finalement le Premier ministre se sort habilement de la situation dans laquelle l'a mis François Hollande. Etre obligé de faire valider un plan d'économie qu'il n'a pas concocté, qui était déjà sur les rails avant son arrivée à Matignon. Ça lui réussit. 52% d'opinions favorables, selon le baromètre BVA. François Hollande lui, ne capitalise pas sur le zèle de son Premier ministre. Il dégringole de 7 points en avril: 21% d'opinions favorables, son plus bas niveau dans ce baromètre depuis son élection.

|||-> Karine Berger (PS): "Je voterai pour le plan de stabilité"

Véronique Jacquier