BFMTV

Olivier Faure sur RMC : « Plutôt que de critiquer Hollande, Mélenchon devrait l'aider »

Jean-Luc Mélenchon, dimanche 5 mai 2013, place de la Bastille à Paris

Jean-Luc Mélenchon, dimanche 5 mai 2013, place de la Bastille à Paris - -

Après un an de présidence Hollande, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté hier dimanche contre l’austérité, à l’appel de Jean-Luc Mélenchon. Ce lundi matin sur RMC, le député PS de Seine-et-Marne, Olivier Faure, « s’étonne » des critiques du leader du Front de gauche, et défend la politique du chef de l'Etat.

Un an jour pour jour après l’élection de François Hollande et au lendemain de la manifestation du 5 mai menée par Jean-Luc Mélenchon, le secrétaire national du PS en charge de la communication, Olivier Faure, « s’étonne » sur RMC des critiques du leader du Front de gauche. Des dizaines de milliers de personnes (180 000 selon le Front de gauche, 30 000 selon la police) ont répondu hier dimanche à l'appel du leader du Front de gauche, qui accuse le pouvoir socialiste de pencher vers l'austérité : « La période d'essai est terminée, le compte n'y est pas », a lancé Jean-Luc Mélenchon, sur un podium dressé place de la Bastille à Paris, appelant à une « insurrection » pour « mettre un terme à ces politiques » d'austérité « qui nous conduisent au désastre ».

« On ne peut pas sauver l’économie en un an »

« Quand Jean-Luc Mélenchon critique Hollande, je m'étonne, a réagi ce lundi matin sur RMC le député PS de Seine-et-Marne, Olivier Faure. La division est un poison. François Hollande en Europe fait pourtant figure de résistant. Mélenchon plutôt que de critiquer devrait l'aider ».
Rappelant par ailleurs que « notre défi est de sauver le modèle français et donc le faire évoluer », Olivier Faure a ajouté : « On ne peut pas en un an sauver l'économie ».

« Ne faisons pas d'un remaniement, une solution magique »

Hier dimanche soir sur TF1, Jean-Marc Ayrault s’est notamment exprimé sur la question du remaniement : « Chaque chose en son temps et de toute façon, c'est le président de la République qui décide ». Olivier Faure juge lui « nécessaire » un remaniement, « pour mieux mettre en avant les priorités », tout en soulignant qu’il ne faut pas en faire « une solution magique ».

Retrouvez aussi l'émission Bourdin & Co de ce lundi matin en intégralité.

J.V. avec JF. Achilli