BFMTV

Olivier Falorni ne veut pas mettre "ses amis PS en difficulté"

Le dissident socialiste Olivier Falorni, élu dimanche député de La Rochelle en battant Ségolène Royal, ne veut pas mettre ses "amis socialistes en difficulté" et votera pour un candidat PS à la présidence de l'Assemblée nationale. /Photo prise le 17 juin

Le dissident socialiste Olivier Falorni, élu dimanche député de La Rochelle en battant Ségolène Royal, ne veut pas mettre ses "amis socialistes en difficulté" et votera pour un candidat PS à la présidence de l'Assemblée nationale. /Photo prise le 17 juin - -

PARIS (Reuters) - Le dissident socialiste Olivier Falorni, élu dimanche député de La Rochelle en battant Ségolène Royal, ne veut pas mettre ses...

PARIS (Reuters) - Le dissident socialiste Olivier Falorni, élu dimanche député de La Rochelle en battant Ségolène Royal, ne veut pas mettre ses "amis socialistes en difficulté" et votera pour un candidat PS à la présidence de l'Assemblée nationale.

"Rentrer ici dans ce qui est le temple de la démocratie c'est pour moi un honneur, une fierté, une fierté de porter ici la parole des Rochelais qui m'ont fait confiance", a-t-il déclaré mardi en entrant dans le Palais-Bourbon.

Olivier Falorni a précisé qu'il ne se rendrait pas dans l'après-midi à la réunion organisée par le groupe PS, parti dont il a été exclu, pour les nouveaux députés socialistes.

"Je ne suis pas dans la provocation, je mène les combats lorsqu'il faut les mener mais je ne souhaite pas mettre en difficulté mes amis socialistes", a-t-il dit.

Il a déclaré avoir "conscience des perturbations que cette élection a créées". "J'étais et je suis un candidat normal, maintenant je suis un député normal avec peut-être un parcours un peu extraordinaire", a-t-il poursuivi.

Interrogé pour savoir qu'il comptait un jour pouvoir intégrer le groupe PS, le nouveau député, qui va rejoindre les non-inscrits, a répondu: "Nous verrons bien mais je pense qu'en matière de comité d'accueil j'ai vu plus chaleureux".

"Je suis député on ne m'enlèvera pas le droit de vote (...), je voterai pour un président de l'Assemblée nationale. Ça sera pour un socialiste", a-t-il déclaré sans dire quelles étaient ses préférences entre les différents candidats à la candidature du groupe PS.

Claude Bartolone, Elisabeth Guigou et Jean Glavany briguent le "perchoir". Le groupe PS désignera jeudi son candidat et l'élection en séance publique est prévue le 26 juin.

Emile Picy