BFMTV

Nouvelles restrictions contre le Covid-19: les dernières pistes de l'exécutif

Un nouveau Conseil de défense sanitaire du gouvernement se tient ce mercredi matin afin de décider de nouvelles mesures de restrictions, pour faire face notamment au variant anglais du Covid-19, qui circule en France.

Quelles mesures adopter pour faire face au nouveau variant anglais du Covid-19, déjà responsable d'au moins 1% des contaminations sur le sol français? C'est la question sur laquelle va plancher le gouvernement ce mercredi matin lors du Conseil de défense sanitaire.

Selon nos informations, l'exécutif devrait trancher entre deux options. L'option nationale - la plus probable à ce jour - est la mise en place d'un couvre-feu dès 18 heures dans tout le pays. Au sommet de l'État, certains évoquent, en complément, la piste d'un confinement le week-end. Mais celle-ci est loin de faire l'unanimité: 

"Je n’ai pas l’impression que cette piste soit la plus probable", affirme une source gouvernementale haut placée.

La deuxième option est locale, c'est celle d'un durcissement des mesures dans certains nouveaux départements, en lien avec les préfets. Cela signerait la poursuite d'une gestion territorialisée de l'épidémie avec la mise en place de nouveaux couvre-feu à partir de 18h dans de nouveaux départements, alors que la mesure n'est pour l'heure mis en place que dans 25 d'entre eux.

Certaines hypothèses déjà écartées

Par ailleurs, plusieurs hypothèses ont déjà été écartées par l'exécutif. Selon nos informations, un reconfinement national n'est par exemple pas à l'ordre du jour, comme l'avait déjà laissé entendre le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal lundi. En tout cas pas à très court-terme.

Si le président du Conseil scientifique estime ainsi qu'il y aura "certainement un certain nombre de mesures plus strictes à prendre", il juge que la France n'ést pas "dans l'extrême urgence". Invité ce mardi soir de TF1, Jean-François Delfraissy a appelé à se "laisser quelques jours" pour étudier les conséquences du réveillon du Nouvel an et de l'émergence du variant britannique sur l'épidémie.

"Vu la rapidité à laquelle évolue la situation, on ne doit vraiment rien exclure", tempère auprès de BFMTV un ministre de premier plan, interrogé après l'intervention de Jean-François Delfraissy.

Le gouvernement exclut aussi toute nouvelle fermeture des écoles à ce stade, et ce malgré les appels de certains scientifiques, comme Djilali Annane, chef de service réanimation à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches, qui a évoqué ce mardi soir sur notre antenne une "décision difficile à prendre, mais qui se justifie du fait de l'impact important de l'école" dans la circulation du virus.

"Nous avons une volonté absolue de préserver l’école. C'est essentiel pour nous. Le Premier ministre et le président de la République sont sur cette ligne", assure-t-on ce mardi soir au sommet de l'État.

Des réflexions "jusqu'au dernier moment"

La piste d'une fermeture des cantines scolaires, un temps envisagée par le gouvernement, semble elle aussi s'éloigner, même si rien n'est encore acté à l'heure actuelle.

"Le président se laisse le temps de la réflexion jusqu'au dernier moment", prévient un cadre de la majorité.

Ces mesures seront débattues ce mercredi matin lors du Conseil de défense sanitaire puis annoncées jeudi lors de la conférence de presse hebdomadaire du gouvernement.

Jeanne Bulant avec le service politique de BFMTV