BFMTV

Municipales: François Bayrou se dit favorable au vote par correspondance avant le second tour

Invité ce dimanche midi de BFM Politique, le maire de Pau se dit favorable au vote par correspondance et par Internet pour le second tour des municipales, garantie selon lui d'une plus forte participation au scrutin.

"Il est juste qu'on vote avant la fin juin." Invité ce dimanche de BFM Politique, François Bayrou est revenu sur la crise du coronavirus et notamment ses effets sur la vie politique française. Alors que le second tour des élections municipales doit se tenir le 28 juin prochain sauf avis contraire du Conseil scientifique, plusieurs partis estiment impossible de de faire campagne avec les mesures sanitaires toujours en vigueur sur le territoire.

Le maire de Pau - qui était opposé au maintien du premier tour le 15 mars dernier - estime désormais que cette campagne pour le second tour est réalisable si elle respecte deux impératifs, celui de "ne pas mettre en danger la santé de celles et ceux participant à la campagne" mais aussi de "faire preuve d’imagination".

"Je propose que - s’il y a des communes volontaires - l'on puisse expérimenter le vote par correspondance que l'on a utilisé en France pendant longtemps et qui a été abandonné et le vote numérique, le vote par Internet"

Un mode de scrutin écarté par Christophe Castaner

"On le fait pour les association, les organisations syndicales, la totalité des consultations pour désigner des représentants notamment chez les enseignants", justifie le président du MoDem et éphémère garde des Sceaux au tout début du mandat d'Emmanuel Macron, ajoutant que "rien n’est plus facile que de garantir la sincérité du scrutin car toutes les listes électorales sont numérisées"

Le centriste explique qu'il suffirait que chaque citoyen envoie une photocopie de leur carte d'identité ou de leur carte électorale pour recevoir un code avec lequel voter en ligne. Une question qui suscite un "blocage" en France, qu'il juge absurde.

"Je suis sûr que cela augmenterait la participation. Alors si l’Etat ne veut pas le faire, qu’il accepte que certaines communes le fassent", demande l'ancien ministre qui propose que la ville de Pau expérimente ce vote par Internet.

Dans un entretien accordé au Parisien, le ministre de l'Intérieur a expliqué que l'une des pistes de travail envisagée pour ce second tour était "d'élargir le nombre de personnes habilitées à établir des procurations" mais que le vote électronique et le vote par correspondance ne sont pas envisagés pour la prochaine échéance électorale.

Hugues Garnier