BFMTV

Municipales: dans le fief de Dassault, Valls appelle à "tourner la page"

Manuel Valls est venu soutenir Carlos Da Silva, le candidat socialiste à Corbeil-Essonnes.

Manuel Valls est venu soutenir Carlos Da Silva, le candidat socialiste à Corbeil-Essonnes. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le ministre de l'Intérieur est venu soutenir le candidat socialiste à Corbeil-Essonnes dont l'ancien maire, Serge Dassault, est visé par une enquête judiciaire. Il a appelé à "tourner la page" au nom de la "morale publique".

A deux semaines du premier tour des élections municipales, Manuel Valls a tenu à soutenir Carlos Da Silva, le candidat socialiste à Corbeil-Essonnes (91), le fief de Serge Dassault. Visé par une enquête judiciaire pour de supposés achats de voix, ce dernier a été la cible du ministre de l'Intérieur.

"Il faut qu'une page se tourne sur cette ville, c'est nécessaire pour les habitants, c'est nécessaire pour la ville, c'est nécessaire pour la morale publique", a déclaré Manuel Valls lors d'une visite sur le marché central de la ville. Au détour d'un étal, M. Valls, qui s'est dit "très attaché à Corbeil-Essonnes", a même croisé le chemin de Serge Dassault auquel il a serré la main.

"On peut très vite basculer dans le 'tous pourris'"

"Corbeil-Essonnes a déjà voté pour beaucoup d'élections municipales, c'est la quatrième fois depuis 2008, en six ans, ça veut bien dire qu'il y a quelque chose qui ne va pas", a estimé le ministre, lui-même élu de la ville voisine d'Evry, faisant allusion aux deux scrutins de 2008 et 2009 remportés par le sénateur UMP, puis annulés.

Selon lui, "avec la crise économique, avec la crise de confiance vis-à-vis de la parole publique d'une manière générale, on peut très vite basculer dans le 'tous pourris'".

Samedi, le maire sortant Jean-Pierre Bechter et son prédécesseur Serge Dassault avaient fait campagne ensemble au marché des Tarterêts. Les deux hommes n'avaient plus le droit d'entrer en contact depuis la mise en examen du maire UMP dans l'affaire des achats de votes présumés dans la ville, mais la modification du contrôle judiciaire leur a permis de se rencontrer.

La rédaction