BFMTV

Municipales à Paris: EELV veut créer des "brigades de la sécurité et de la tranquillité publique"

La mairie de Paris

La mairie de Paris - ERIC FEFERBERG / AFP

Si elles sont créées, les "brigades de la sécurité et de la tranquillité publique" imaginées par EELV pour la ville de Paris pourront verbaliser et saisir la police nationale, annonce la tête de liste David Belliard ce jeudi.

EELV veut créer des "brigades de la sécurité et de la tranquillité publique" (BSTP) non armées à Paris, afin de "recréer un lien de confiance avec la population", a annoncé David Belliard, tête de liste EELV dans la capitale, ce jeudi lors d'une conférence de presse.

Accompagné d'Anne-Claire Boux, tête de liste dans le XVIIIe arrondissement, David Belliard a tenu à rencontrer la presse dans un café de la Porte de la Chapelle, l'un des quartiers parisiens les plus marqués par l'insécurité, la dégradation des conditions de vie, notamment la consommation de drogues ou le harcèlement de rue des femmes.

Les missions assignées à ces brigades seront "la lutte contre les incivilités (épanchements d'urine, jets de déchets), la prévention, la médiation (pour éviter tout acte de harcèlement et de violence), la présence dissuasive sur le terrain". 

Les agents pourront verbaliser et saisir la police

"C'est avec de la pédagogie, de la médiation, de la présence humaine et un réél investissement dans la ville (poubelles de tri, toilettes, lampadaires...) que nous arriverons à assurer la tranquillité de tous", affirme David Belliard. "En cas de non-respect des règles, les agents de la brigade verbaliseront chaque incivilité et saisiront la police nationale. On veut retrouver l'esprit 'gardiens de la paix'", ajoute-t-il. 

EELV envisage de créer une brigade dans chaque arrondissement (avec des antennes supplémentaires dans le nord-est), soit 400 agents dont une centaine de gardiens de parcs et jardins, qui viendraient s'ajouter aux quelques 3 600 agents municipaux parisiens.

"Cela représente une hausse de 13% du budget de fonctionnement de la direction de la sécurité de la Ville de Paris, soit environ 750.000 euros", selon EELV.

"Pas besoin d'un vote de l'Assemblée"

Quelle est la différence avec la police municipale armée de matraques que veut créer la maire PS de Paris Anne Hidalgo en 2020?

"Nous, nous n'ouvrons pas la boîte de pandore pouvant conduire cette police à être pourvue d'armes létales. Nous ne confondons pas les missions. Nous n'avons pas besoin d'un vote de l'Assemblée pour créer nos brigades", répond David Belliard.

Autres propositions: créer des réseaux de bars et de lieux (commerces) où les femmes harcelées pourraient se mettre à l'abri, expérimenter le récépissé pour les contrôle d'identité, ouvrir de nouvelles salles de consommation de drogues, aménager l'espace urbain.

David Belliard détaillera le financement de ces mesures lors d'un point de presse ultérieur. 

A.J. avec AFP