BFMTV

Municipales à Lyon: David Kimelfeld sceptique sur la question d'un second tour en juin

Le président de la Métropole de Lyon considère le scrutin incertain, difficile à organiser et craint une forte abstention.

"Est-ce que la priorité pour les gens c'est de participer à une élection ou est-ce que c'est d'avoir des réponses sur l'emploi, sur les solidarités, sur les vacances, sur les logements, la rentrée scolaire?" Au micro de BFM Lyon, le président de la Métropole de Lyon et candidat à sa réélection, David Kimelfeld, a fait part ce mardi de son scepticisme quant à l'organisation du second tour du scrutin au mois de juin.

Le Conseil scientifique ne s'oppose pas à la tenue de l'élection mais recommande une évaluation de la situation épidémiologique quinze jours avant le second tour des élections municipales. Pas de quoi rassurer l'élu: "Ce qui est assez étrange, c'est de dire 'On fera un point quinze jours avant le scrutin'. Donc, on dit 'on va faire mais on n'est pas tout à fait sûrs'".

Un casse-tête sur le plan matériel

Sur le plan matériel, estime en outre le président de la Métropole, ce second tour s'apparente à un casse-tête: "On parle de masques, de visières, d'un tas de conditions matérielles extrêmement compliquées à mettre en place", assure-t-il. 

"Je ne suis pas sûr que ça donne envie à beaucoup de gens d'aller voter", poursuit David Kimelfeld. L'intéressé craint une "abstention forte", comme cela a pu être le cas lors du premier tour. Au total, 25 des 59 communes de la Métropole sont concernées par le second tour.

Florian Bouhot