BFMTV

Municipales 2014: le 1er tour, c'est dimanche

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Les 44,6 millions d'électeurs français sont appelés aux urnes les dimanches 23 et 30 mars pour élire leur maire. Comment voter ? Quel sera le niveau d'abstention ? Le FN va-t-il profiter du climat des affaires ? Revue de détails...

Élection, mode d'emploi

> Comment voter ?

On vote dans un bureau de vote, muni de sa carte électorale, où le cas échéant de sa pièce d'identité. Un bureau de vote ne peut exéder 1.000 votants et doit obligatoirement contenir les bulletins, les enveloppes, les isoloirs et une urne "quatre faces et transparente". Il est dirigé par un président avec deux assesseurs et un secrétaire. Ceux-ci sont présentés par les différents candidats en lice, sont garants du bon déroulé du scrutin, établissent le décompte, remplissent le procès verbal et proclament les résultats après avoir procédé au dépouillement.

Les horaires d'ouvertures varient en fonction des villes - fermeture à 20 heures à Paris par exemple comme dans de nombreuses "grandes villes" - mais ils ouvrent obligatoirement de 8 à 18 heures.

A noter que les villes de plus de 3.500 habitants peuvent utiliser depuis 2003 des machines à voter.

> La procuration

S'il n'est pas disponible le jour du vote -travail, formation, vacances - l'électeur peut voter par procuration. Nouveauté en 2014, il est possible de réaliser les démarches par internet sur le site du ministère de l'Intérieur. Seul un juge d'un tribunal ou un officier de police peut établir la procuration.

La procuration est établie au bénéfice d'un mandataire pour une élection précise ou pour une durée maximale d'un an. S'il n'existe pas de date limite, il est néanmoins conseilllé de s'y prendre suffisamment tôt. Ce mandataire doit résider dans la même commune et jouir de ses droits civiques.

La procuration est aussi destinée aux personnes en détention puisqu'aucun scrutin n'est organisé en prison.

Vers une abstention record ?

Depuis 1988, tous les scrutins, excepté celui de la présidentielle, ont vu l'abstention progresser. En 2008, elle a pulvérisé les records, avec le plus faible taux de votants à des municipales depuis 1959: 66,5% au premier tour et 65,2% au second tour. "Ce que nous mesurons laisse présager d'une abstention plus élevée qu'en 2008, voire potentiellement beaucoup plus élevée", assure Brice Teinturier de l’institut Ipsos.

"La campagne ne suscite pas d’enthousiasme et toutes les études sur la mobilisation sont inquiétantes", explique Yves-Marie Cann de l’institut CSA à BFMTV.com. "C’est un signal d’alarme car plus on approche du vote et plus le ‘potentiel de participation’ baisse". Un contexte alourdi par les affaires et les polémiques qui occupent le terrain ces deux dernières semaines.

Le FN va-t-il profiter du climat des affaires ?

Une abstention qui pourrait atteindre des records, la droite et la gauche enlisées dans les affaires Sarkozy... et si tout cela profitait au Front National. Le parti de Marine Le Pen espère conquérir au moins trois villes.

C'est à Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, que réside sa plus grande chance, avec la liste conduite par Steeve Briois. Forbach (Moselle), avec le numéro deux du Front national, Florian Philippot, et Perpignan (Pyréenées-Orientales), avec le candidat Louis Alliot, pourraient également tomber entre les mains du FN.

Mais le parti frontiste espère également conquérir les villes de Saint-Gilles (Gard), de Brignoles (Var) et de Fréjus (Var).

|||

De vendredi à minuit, jusqu'à dimanche 20 heures, des règles très strictes s'imposent aux candidats, mais aussi aux internautes. Conformément à l'article L. 52-2 du code électoral, il est interdit de poster un commentaire pouvant influencer le vote, ou un résultat. L'amende prévue en cas de sanction est de 3.750 euros. C’est pourquoi par mesure de prévention nous fermons aux commentaires ce week-end les articles évoquant les municipales. Merci de votre compréhension.

La rédaction