BFMTV

Municipales 2014: l'interview surréaliste d'une candidate corse

Caroline Bartoli est une candidate aux municipales un peu particulière à Propriano, en Corse.

Caroline Bartoli est une candidate aux municipales un peu particulière à Propriano, en Corse. - -

CAFE POLITIQUE - Une candidate corse qui ne promet que le retour de son mari en politique, le meeting de NKM pas si agité, la guerre Dray-Mélenchon... Chaque matin, BFMTV.com sélectionne pour vous le meilleur de l'actualité politique.

> Candidate aux municipales, elle promet... le retour de son mari

Caroline Bartoli n’est pas une candidate comme les autres. Si elle est élue aux élections municipales à Propriano, en Corse, elle promet de ne faire qu’assurer l’intérim jusqu’à ce que son mari, inéligible jusqu’à mai 2014, puisse reprendre le relais. Un stratagème qui ne faisait pas grand bruit, jusqu’à l’interview donnée par Caroline Bartoli à France 3 Corse. On voit la candidate, mal à l’aise, lire ostensiblement ses fiches face à un journaliste désarçonné. Et promettre, balbutiante, qu’elle continuera "ce que (s)on mari a commencé".

> NKM emportée par la foule (ou pas)

Lundi, c’était le grand soir pour Nathalie Kosciusko-Morizet. La candidate UMP à la mairie de Paris donnait son premier meeting de campagne, avec un invité de marque: Nicolas Sarkozy. La candidate est montée sur scène, a remercié le public et lancé: "j’en profite pour saluer ceux qui nous écoutent dehors, parce que malheureusement tout le monde n’a pas pu rentrer". Sauf que… tout le monde a pu rentrer, remarque Le Lab, qui était sur place. Si l’entrée de Nicolas Sarkozy a été agitée, les militants n’ont pas eu à rester dehors à attendre. Pas d'intense mouvement de foule, comme l'espérait peut-être NKM. Mais à l’intérieur, relève le site, la salle était quasi-pleine. C’est déjà ça.

> Hidalgo ironise

Pendant ce temps-là, la rivale de NKM, Anne Hidalgo, organise la riposte. "C'est quand même le retour de Nicolas Sarkozy soutenu par son ancienne porte-parole, c'est plutôt ce que j'ai vu hier", explique-t-elle, ironique, sur Europe 1. De Paris, "il n'a pas été beaucoup question".

Pour Anne Hidalgo, la candidate UMP "se trompe d'élection depuis le début, elle pense à faire une anticipation de la présidentielle, maintenant dans le bain du soutien à Nicolas Sarkozy", accuse-t-elle. Avant le coup de grâce: "pendant ce temps-là, je m'occupe des Parisiens".

> Dray-Mélenchon, la guerre continue

Entre Julien Dray et Jean-Luc Mélenchon, la hache de guerre est loin d’être enterrée. Le conseiller régional d’Ile-de-France, ancien compagnon de route de Jean-Luc Mélenchon lorsqu’il était encore au PS, n’a toujours pas digéré la création du Parti de gauche. Et pour le prouver, raconte Le Monde, il s’apprête à sortir un livre au titre éloquent: La faute politique de Jean-Luc Mélenchon. L’ouvrage, qui doit paraître aux éditions du Cherche-midi prochainement, critique la "ligne que Mélenchon a pris (…) qui est celle d’une division permanente". On a hâte de lire la réponse du leader du Front de gauche.

> Ayrault, K O.

Le climat entre les équipes de Jean-Marc Ayrault et François Hollande est tendu. Selon Europe 1, le cabinet du Premier ministre a du mal à digérer la reprise en main du président dans ses dossiers, et notamment la mise au placard de sa "grande réforme fiscale". "A l’Elysée ils sont bien gentils, mais le pouvoir c’est nous. Les ministères, c’est nous", glisse un conseiller. Jean-Marc Ayrault n’a pas apprécié non plus: "depuis une quinzaine de jours, il est KO debout", selon un ténor du Parti socialiste. Et l’un de ses adversaires se frotte déjà les mains: "il avait une visibilité sur son avenir, il n’en a plus. On reparlera de remaniement bientôt".

Ariane Kujawski