BFMTV

Municipales: 137 villes gagnables pour le RN? Imbroglio autour d'une note interne de LaREM

Une urne - Image d'illustration

Une urne - Image d'illustration - AFP

Selon le Journal du dimanche, La République en marche aurait dénombré 137 communes où le Rassemblement national serait en position de l'emporter. Un décompte que conteste le parti de la majorité présidentielle.

C'est une information qui a surpris, dimanche: le JDD publiait un article selon lequel, d'après des décomptes de La République en marche, le Rassemblement national serait en position de l'emporter dans 137 villes de plus de 10.000 habitants aux municipales de mars prochain. Un chiffre qui constituerait un bond en avant massif, puisque actuellement, 14 villes sont dans l'escarcelle de l'extrême droite, dont une dizaine dans celle du RN..

Ces projections, pourtant, surprennent jusque dans les rangs du parti de Marine Le Pen. Plusieurs médias, dont L'Opinion, pointent ainsi plusieurs villes citées où aucun candidat estampillé RN n'est sur la ligne de départ, comme Cannes, dans les Alpes-Maritimes. Ou des villes, comme Toulon ou La Seyne-sur-Mer, dans le Var, où les candidats RN eux-mêmes ne croient pas vraiment à leur succès.

Erreur ou manœuvre?

Surprenant également, indique le quotidien, les dirigeants de LaREM contestent l'exactitude de cette note. Selon Pierre Person, délégué général adjoint du mouvement, une étude a bel et bien été menée concernant les communes où le RN se trouverait en embuscade, mais le résultat ne coïncide pas avec celui mis en avant par le JDD.

"Ce ne sont pas 130 villes gagnables par le RN mais à forte poussée RN", dément Pierre Person auprès de L'Opinion. Des villes qui "nécessitent notre attention aux municipales et au-delà", ajoute-t-il.

Calcul politique pour minimiser une éventuelle vague bleu marine aux municipales? C'est l'analyse faite par un cadre du RN dans Libération:

"À chaque fois qu’ils n’ont plus rien à dire, ils ressortent le truc de 'attention l’extrême droite arrive', ils pensent qu’ils vont nous affaiblir comme ça. Ce n’est qu’une manœuvre, pour dire à la fin: 'Regardez, ils devaient gagner 137 mairies, mais ils en ont eu moins, c’est un échec, et c’est grâce à nous.'"
Clarisse Martin