BFMTV

Motion de censure de gauche: Mélenchon salue une "ambiguïté levée" au PS

Jean-Luc Mélenchon, a rappelé que les groupes de gauche avaient jusqu'à dimanche 17h00 pour déposer leur motion.

Jean-Luc Mélenchon, a rappelé que les groupes de gauche avaient jusqu'à dimanche 17h00 pour déposer leur motion. - JAVIER SORIANO / AFP

"Le Parti socialiste est maintenant un parti d'opposition frontale au gouvernement", selon le leader La France Insoumise.

Le leader de La France Insoumise Jean-Luc Mélenchon s'est félicité vendredi d'une "ambiguïté levée" sur la ligne politique au PS avec la décision de travailler à une motion de censure commune des trois groupes de gauche contre le gouvernement.

"Dès le 19 juillet, j'ai proposé qu'on ait une motion de censure (...) pas parce que nous pensions que la motion de censure allait tout régler. Mais la motion de censure au moins pouvait rétablir l'ordre républicain", a déclaré Jean-Luc Mélenchon lors d'une conférence de presse.

Il a rappelé qu'il s'agissait d'obtenir des explications du gouvernement sur l'affaire Benalla au vu d'une "crise institutionnelle".

"Hier, le bureau national du PS a donné son accord pour une motion de censure. Bon, c'est bien et nous sommes très contents. D'autant que comme elle ne peut pas se déposer sans nous, nous voyons que c'en est fini du ni-Macron, ni-Mélenchon", a poursuivi cet ancien candidat à la présidentielle.

Le PS "un parti d'opposition frontale au gouvernement"

"C'est aussi un événement politique à sa manière", aux yeux de Jean-Luc Mélenchon. "Une question politique est tranchée. La dernière fois que nous avons voté sur la confiance au gouvernement, 5 membres du groupe socialiste ont voté la confiance, trois contre et tous les autres se sont abstenus", a-t-il ajouté, affirmant qu'avec une motion de censure de gauche, "le Parti socialiste est maintenant un parti d'opposition frontale au gouvernement".

Les présidents des trois groupes de gauche devaient se réunir à la mi-journée pour travailler sur le texte de la motion et décider de son premier signataire, chargé de la défendre à la tribune de l'Assemblée.

Les groupes de gauche ont jusqu'à dimanche pour déposer leur motion

Le leader de LFI a proposé que la décision se fasse par tirage au sort, disant entendre "parfaitement que le parti socialiste n'ait pas envie de donner tout soudain l'impression d'une conversion à (s)a personne" et que "d'un autre côté il ne peut pas être question qu'on demande au PS de représenter notre point de vue".

Jean-Luc Mélenchon, qui a déjà indiqué que son groupe voterait la motion de LR, a rappelé que les groupes de gauche avaient jusqu'à dimanche 17h00 pour déposer leur motion s'ils se mettent d'accord, qui serait débattue mardi à 15h00 en même temps que celle de LR, mais avec un vote séparé.

N.Ga., avec AFP