BFMTV

Moscovici : « Je suis un ministre intègre »

Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale. - -

Mis en cause par Valeurs Actuelles, Pierre Moscovici a assuré de son intégrité, ce jeudi au Sénat. Dans son édition de jeudi, le magazine estime que le ministre de l’Économie savait dès décembre que Jérôme Cahuzac détenait un compte en Suisse.

Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, a affirmé jeudi au Sénat qu'il était « un ministre intègre » qui n'a « rien à se reprocher », alors que l'hebdomadaire de droite Valeurs actuelles affirme qu'il savait fin décembre que Jérôme Cahuzac avait eu un compte secret à l'étranger. « Prenons garde à essayer de transformer la faute d'un homme en attaque contre un gouvernement, contre un ministre intègre », a déclaré Pierre Moscovici en réponse au président UMP de la commission des Finances Philippe Marini. « Quand on n'a rien à se reprocher, on affronte les reproches avec fermeté », a-t-il ajouté.

« Ce n’est pas le symptôme d’une faute du gouvernement »

Longuement interrogé par Philippe Marini, pour qui « cette affaire n'est qu'à ses débuts », Pierre Moscovici a assuré avoir vu « ce matin de nouvelles allégations dans un hebdomadaire, à droite, très à droite, très très à droite, je veux parler de Valeurs actuelles ». « Je veux dire ici avec la plus grande force, la plus grande fermeté, que ces allégations sont mensongères, que je vous les démens, que les mensonges je les combats et que je me réserve de donner suite de tout cela devant la justice », a poursuivi le ministre.
« Je ne crois pas que nous sommes ici devant autre chose que la faute grave et impardonnable d’un homme (Jérôme Cahuzac, NDLR). Ce n’est pas autre chose. Ce n’est pas le symptôme d’une faute du gouvernement », a tenu à rappeler Pierre Moscovici.

En vidéo : Pierre Moscovici se défend devant le Sénat

Philippe Gril avec AFP