BFMTV

Mort de Steve Maia Caniço: Olivier Faure dénonce une "charge de police incompréhensible"

Olivier Faure était l'invité de BFMTV-RMC ce mercredi matin. Le premier secrétaire du PS et député élu en Seine-et-Marne a évoqué la mort de Steve Maia Caniço et a appelé à une redéfinition de la doctrine du maintien de l'ordre.

Au lendemain de l'identification de Steve Maia Caniço, dont le corps a été tiré des eaux de la Loire à Nantes lundi soir, Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste et député élu en Seine-et-Marne, est intervenu sur notre plateau ce mercredi.

"Ce matin ce qui me touche c’est que bien sûr les parents de Steve veulent la vérité et nous tous aussi qui la voulons. Cette situation n’est pas normale. Il y a de nombreuses zones d’ombre", a-t-il débuté. 

Le premier secrétaire du PS a poursuivi: "Cette charge de police était incompréhensible et disproportionnée par rapport à ce qu’il se passait. Ça faisait 20 ans qu’il y avait des rassemblements à cet endroit". Olivier Faure a remis en cause la version des événements présentée la veille par le Premier ministre, qui a par ailleurs saisi l'Inspection générale de l'administration: "Comment peut-on déduire l’absence de lien de causalité entre la mort de Steve et l’intervention? Regardez les vidéos. Des jeunes interpellent les forces de l’ordre et leur disent: 'Attention, il y a la Loire derrière il y a déjà des gens à l’eau.' Il semble que les forces de l’ordre aient contribué au chaos à ce moment-là" .

"La doctrine du maintien de l'ordre est flottante voire inexistante" 

Il a réclamé une enquête parlementaire: "Je souhaite une enquête parlementaire car on a une enquête qui sert à gagner du temps et à ne pas assumer sa responsabilité. Une enquête parlementaire permettrait de placer la responsabilité là où elle se trouve". Est-ce à dire qu'il tient le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, pour responsable? "Il a repris le dossier en main donc il se sent coresponsable, si ce n’est le premier à devoir rendre des comptes".

Olivier Faure en est venu plus précisément à la question de la doctrine du maintien de l'ordre: "Pourquoi la doctrine de maintien de l’ordre dans ce pays n’est-elle pas fixée ? (...) Je suis pour que force reste à la loi mais la loi ce n’est pas la surenchère, la répression aveugle donc à un moment on doit se poser la question de la doctrine du maintien de l’ordre. Elle est flottante pour ne pas dire inexistante. Aujourd’hui, ce sont des drames qui se produisent dans ce pays."

Robin Verner