BFMTV

Michel Rocard: Manuel Valls "est un peu mon petit frère"

Manuel Valls, au troisième plan derrière Jean-Paul Huchon, dans les pas de Michel Rocard en 1993 au siège du PS, rue de Solférino à Paris

Manuel Valls, au troisième plan derrière Jean-Paul Huchon, dans les pas de Michel Rocard en 1993 au siège du PS, rue de Solférino à Paris - Michel Gangne - AFP

L'ancien Premier ministre de François Mitterrand, mentor de Manuel Valls depuis les années 80, est revenu dans "L'Histoire en direct" pour BFMTV sur les relations parfois tendues entre l'Elysée et Matignon.

Souvent qualifié de rocardien au sein du PS, Manuel Valls est "un peu mon petit frère", juge Michel Rocard dans L'Histoire en direct sur BFMTV. Une émission consacrée cette semaine au couple formé par le président de la République et le Premier ministre, alors que les relations se tendent entre François Hollande et son chef du gouvernement et que ce dernier pourrait vouloir reprendre sa liberté.

"On ne doit pas juger un Premier ministre avant la fin de sa fonction", estime Michel Rocard, aussi critique contre la méthode choisie pour réformer le droit du travail que contre la tribune incendiaire publiée par Martine Aubry.

Manuel Valls "n'a pas fini son travail, il est en difficulté", observe-t-il à propos de son ancien conseiller aux affaires étudiantes au début des années 80.

Sur le projet controversé de loi El Khomri, Michel Rocard préconise "la négociation entre l'Etat, les syndicats et le patronat. (...) Passer par la loi seule entraîne le désordre". 

Avec Mitterrand, "il y avait un partage du travail"

Michel Rocard, Premier ministre de François Mitterrand entre 1988 et 1991, s'y connaît en relation conflictuelle avec l'Elysée. Pourtant, si "nous avions des rapports exécrables, nous étions rapides et efficaces. (...) On arrivait à gouverner car Mitterrand faisait la différence entre les affaires du gouvernement et celles du président de la République. Il y avait un partage du travail".

Selon le père de la deuxième gauche, citant le général de Gaulle, le rôle du Premier ministre est de "durer et d'endurer" car avec une Constitution, certes stable, "avec deux responsables au sommet, les difficultés" sont inévitables. Lorsque François Mitterrand l'avait nommé à Matignon, Michel Rocard jouissait d'une cote de popularité importante comme Manuel Valls en 2014 quand François Hollande lui a donné le fauteuil de Jean-Marc Ayrault.

S.A. avec Pascale de la Tour du Pin