× BFMTV
Découvrez l'application
BFMTV
INSTALLER
Jean-Luc Mélenchon
 

En plus de leur duel sur Twitter, Jean-Luc Mélenchon et Manuel Valls ont eu des échanges très vifs au sein même de l'Assemblée nationale, comme le raconte Le Canard enchaîné

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

9 opinions
  • Siegfried44
    Siegfried44     

    Puisqu’il faut être conformiste pour pouvoir exercer la liberté d’expression et ne pas voir ses propos supprimés. Il est injuste d’utiliser un terme désobligeant envers un ancien serviteur de l’état qui a tant œuvré pour le bien de notre pays et qui s’est montré exemplaire dans l’usage du pouvoir en se montrant ouvert, à l’écoute et favorisant toujours le compromis. Notre pays va mieux et il est devenu prospère, plus de travail moins de pauvreté. Il est important que les idées extrémistes qui vont à l’encontre de notre société idéale soient combattues le plus farouchement possible. Oublions la Raison qui nous pousse à trop réfléchir.

  • jean luc 08
    jean luc 08     

    quand ont utilise le 49.3 a tour de bras et que l on ecoute pas le peuple c est tout a fait normal

  • Redouane260
    Redouane260     

    Comme quoi ces deux oiseaux se connaissent parfaitement. .......

  • virgile999
    virgile999     

    Depuis Georges Marchais (avant j'étais trop jeune), il y en a toujours eu un outrancier fort en verbe qui, au final, faisait rire...en ce moment, c'est Mélenchon!

  • Esmeralda
    Esmeralda     

    Réponse à Zero de conduite. Quand je dis "L'exemple vient d'en haut" j'entends des gens placés en situation d'autorité qui occupent un poste en vue connus donc des gens que l'on connait .

  • bergheim
    bergheim     

    quand un stalinien traite quelqu'un de nazi, c'est un comble.

    Siegfried44
    Siegfried44      (réponse à bergheim)

    C'est étonnant de voir autant de personnes prendre la défense de Monsieur Valls. Je comprends pas qu'il ne soit pas devenu Président. Ah oui! les gens ont voté Monsieur Macron pour le changement, car ils n'avaient pas apprécié la politique mené par Monsieur Valls. On s'y perd, un jour on est contre Valls, un jour on l'aime. Peut-être parce qu'il n'y a pas tant de différence entre Monsieur Valls et Monsieur Macron.

    benpardi!
    benpardi!      (réponse à bergheim)

    Il s'est revendiqué du stalinisme, Mélenchon ? Je n'étais pas au courant...ou alors c'est juste le plaisir de raconter une couillonnade ? Je ne suis pas Mélenchoniste, mais je ne pense pas qu'il puisse être utile d'en rajouter une couche, non ?

    Jean Charles
    Jean Charles      (réponse à benpardi!)

    Pas besoin de le revendiquer... son attitude le démontre... En URSS quand quelqu'un s'opposait à la ligne du parti, soit il était fou soit c'était un nazi....

    benpardi!
    benpardi!      (réponse à Jean Charles)

    Je comprends. Question de sensibilité, donc. Un peu comme si un gauchiste disait que Fillon ou Wauquiez étaient des Pinochet ou des Franco en puissance. Question d' oeillères, tout le monde ne possède pas les mêmes..!

  • Siegfried44
    Siegfried44     

    C'est étonnant de voir comment l'information est traitée concernant la France Insoumise. Chaque jour une information choc sur un de ses membres. On a l’impression de revenir à l’époque où tout était bon pour diaboliser le Front National. On peut constater que le Front National est mort et que maintenant le pouvoir en place à besoin d’un nouvel opposant à diaboliser pour se faire élire. La France Insoumise est le candidat idéal puisque le parti en Marche malgré un discours de changement n’est que la fusion de la branche libérale du partie socialisme et des Républicains. On se croirait revenu pendant la guerre froide quand les américains caricaturaient les communistes comme des êtres démoniaques. L’histoire se répète, mais après les Etats-Unis c’est le tour de la France de succomber au libéralisme. D’ici quelques années, le nombre de personnes en dessous du seuil de pauvreté va exploser. Vive le modèle anglo-saxon qui permet à une minorité de concentrer les richesses et accentue les inégalités. Prenons l’exemple de Londres, un quart de la population est sous le seuil de pauvreté, alors que dix pourcent de la population possède la moitié des richesses.

    Mister_Slowhand
    Mister_Slowhand      (réponse à Siegfried44)

    Le problème de la France Insoumise c'est qu'elle doit rentrer dans le moule de la politique-médiatique, donc il faut avoir des leaders. De préférence qui passent à la télé. Et pourtant, c'est exactement l'inverse de leur programme, un mouvement réellement participatif et décentralisé.
    Mais impossible d'exister sans se plier à ce jeu, et au final d'être pris à ce jeu.
    Il devient donc facile pour leurs adversaires de critiquer l'incohérence entre le projet (du fond, des projets et pas de tête d'affiche) et le comportement médiatique (indispensable pour promouvoir le projet).

    Quant au dogme libéral, même quand on démontre ses travers, la réponse est qu'il n'y a que cette voie (le "TINA" de Thatcher)

    Siegfried44
    Siegfried44      (réponse à Mister_Slowhand)

    Avant le libéralisme d'autres idéologie ont existé. Ce n'est pas parce qu'une idéologie est dominante qu'elle est la bonne ou le seul recours. Après des siècles de servitude par la royauté, des idées nouvelles sont apparues. Ce n'est pas une fatalité, il faut juste que disparaisse cet individualisme égoïsme qui tue ce monde.

    Mister_Slowhand
    Mister_Slowhand      (réponse à Siegfried44)

    Je pense que nous sommes d'accord sur le fond.
    Néanmoins, je ne connais aucune idéologie appliquée qui n'ait pas eu son lot d'accaparation et de concentration du pouvoir (et/ou de la richesse, les deux vont ensemble)
    Même le berceau de la démocratie en Grèce ne concernait que les propriétaires...

    Donc forcément, c'est facile pour un dirigeant de balayer toute contestation sur ce motif : ça n'a jamais existé, ce n'est pas possible : "There Is No Alternative".
    Et en regard, c'est très compliqué de démontrer qu'au contraire, il peut exister des solutions. Y'a qu'à voir le niveau de beaucoup de commentaires binaires.

    Mister_Slowhand
    Mister_Slowhand      (réponse à Siegfried44)

    Je pense que nous sommes d'accord sur le fond.
    Néanmoins, je ne connais aucune idéologie appliquée qui n'ait pas eu son lot d'accaparation et de concentration du pouvoir (et/ou de la richesse, les deux vont ensemble)
    Même le berceau de la démocratie en Grèce ne concernait que les propriétaires...

    Donc forcément, c'est facile pour un dirigeant de balayer toute contestation sur ce motif : ça n'a jamais existé, ce n'est pas possible : "There Is No Alternative".
    Et en regard, c'est très compliqué de démontrer qu'au contraire, il peut exister des solutions. Y'a qu'à voir le niveau de beaucoup de commentaires binaires.

    Gibes13800
    Gibes13800       (réponse à Siegfried44)

    Tout à fait raison sur lrem qui n'est qu'une fusion d'anciens ps et des lr

    bergheim
    bergheim      (réponse à Gibes13800 )

    Tout à fait faux, la majorité des élus REM n'a jamais fait de politique avant !!!

    vauban
    vauban      (réponse à bergheim)

    la majorité vient de la société civile .....

    Siegfried44
    Siegfried44      (réponse à bergheim)

    La communication a bien marché sur certains. Une grande majorité des élus sont issus des partis politiques ou étaient conseiller dans des officines pour des politiques.

    Gibes13800
    Gibes13800       (réponse à bergheim)

    C'est vous tout qui avez tout faut car la lrem ceux qui ont des responsabilités par ex les ministres sont bien d'anciens ps et lr.vous allez pas me dire que Mr colomb est nouveau en politique et je peux en citer d'autres

    Mister_Slowhand
    Mister_Slowhand      (réponse à bergheim)

    J'en doute fortement !
    Qu'en majorité ils n'aient jamais eu de mandat électif, je veux bien le croire. Mais des gens qui n'auraient pas fait de politique, c'est oublier tous ceux qui sortent des cabinets de ministres, d'assistants parlementaires & co.

    beaudolo
    beaudolo      (réponse à Siegfried44)

    Ca c'est un commentaire d'un enseignant, je dirais d'instit de gauche (ce qui est redondant)qui de prof de collège qui ne parle que d'économie planifiée à ses élèves!

    Siegfried44
    Siegfried44      (réponse à beaudolo)

    Tout faux je ne suis pas fonctionnaire, ,ni instituteur. C'est beau la stigmatisation, cela montre l'ouverture d'esprit de certains.

    benpardi!
    benpardi!      (réponse à beaudolo)

    Autre redondance : militaire de droite. Franchement les deux se valent, question oeillères et parti pris !

    fumcapt
    fumcapt      (réponse à beaudolo)

    Et la, le commentaire d'un pseudo économiste, persuadé de sa supériorité intellectuelle, qui pense que tout ceux qui ne sont pas en accord avec ses idées fumeuses sont des simplets !!!!

    bergheim
    bergheim      (réponse à Siegfried44)

    conneries, n'importe quoi, aucun fond de vérité.

    Siegfried44
    Siegfried44      (réponse à bergheim)

    Il faut argumenter c'est un peu court comme réflexion. Il faut sortir de l'endoctrinement et penser par soi-même.

    Flomatem
    Flomatem      (réponse à Siegfried44)

    Parle nous plutôt des inégalités dans tous les pays communiste !

    Siegfried44
    Siegfried44      (réponse à Flomatem)

    L'argument redondant d'un libéral pour justifier son idéologie. Le communisme est un régime dictatorial qui privilégie les membres du parti. Donc évidemment que tu trouveras des exemples pour justifier que le libéralisme est meilleur. En tout cas en apparence, car la pseudo liberté de notre société n’est qu’un leurre. Pourquoi toujours penser à partir d'un modèle existant plutôt que d'inventer un nouveau modèle. Mais c'est vrai ce n'est pas utile quand on vit dans le confort alors que d'autres vivent dans la misère. Dans le monde, un être humain sur 3 est pauvre. 1% de la population mondiale possède plus que les 99% restants. Et après on ose défendre le libéralisme comme le modèle idéal.

    Mister_Slowhand
    Mister_Slowhand      (réponse à Siegfried44)

    Le libéralisme (économique) que l'on connait est autant une dérive de l'idéologie que les régimes "communistes" qui ont gouverné. Pour deux raisons :
    - le libéralisme part d'un état initial équitable, pas de fortunes constituées et de rentes de situation. Jamais on n'a redistribué les cartes.
    - les principes actuels ne sont pas du pur libéralisme, voir l'intervention des banques centrales pour éponger la crise (privée) de 2008 ou les principes de protectionnisme que les USA savent invoquer malgré leur dogme libéral. C'est au contraire un système qui vise à sécuriser les situations établies sous couvert de liberté.

    Et je ne parle même pas de la vision de la société qui est bien plus conservatrice que libérale.

    Siegfried44
    Siegfried44      (réponse à Mister_Slowhand)

    Bonne analyse, j'adhère à cet argument.

    fumcapt
    fumcapt      (réponse à Flomatem)

    Ouais, parce que chez nous il n'y a pas d'inégalités !!!!

  • FredHo
    FredHo     

    Mélenchon est en perte de vitesse.
    Il n'a pas réussi à mobiliser "la classe populaire" contre les ordonnances.
    Alors il se rabat sur les étudiants, et là aussi, ca ne fonctionne pas. L'UNEF a ejecté des membres de LFI parce qu'ils espéraient prendre la main sur ce syndicat étudiant.
    Ca fais 2 échecs.
    Mélenchon a perdu la main... il ne l'a jamais eu...
    Il lui reste Valls, un épouvantail pour espérer remobiliser son electorat...
    Mais ca sera aussi un échec.
    Heureusement que Mélenchon n'aura jamais le pouvoir.

    Siegfried44
    Siegfried44      (réponse à FredHo)

    Cette guerre contre Mélenchon est un leurre. Le président Macron l'utilise comme épouvantail pour modifier profondément notre société. On détourne le regard des gens en faisant le buzz sur Mélenchon. Manifester ne devrait pas être assimilé à un soutien à la FI mais devrait être une évidence si les gens prenaient le temps de regarder et de comprendre les réformes en profondeur. Mais non, on préfère stigmatiser et dans plusieurs années ces même personnes pleuront quand ils auront subi les effets négatifs des réformes du président Macron.

  • Esmeralda
    Esmeralda     


    L'exemple vient d'en haut parait-il. Vraiment c'est la déchéance .

    Zero de conduite
    Zero de conduite      (réponse à Esmeralda)

    Il est vrai que l’idée de pourvoir considérer Melanchon comme "haut" c'est inquiétant.

Votre réponse
Postez un commentaire