BFMTV

Maxime Gremetz démissionne de l'Assemblée nationale

Le député Maxime Gremetz (au centre), un ancien communiste, a officiellement démissionné mardi de son siège de député de la première circonscription de la Somme, après son exclusion le 12 avril de son groupe à l'Assemblée nationale. /Photo prise le 12 jan

Le député Maxime Gremetz (au centre), un ancien communiste, a officiellement démissionné mardi de son siège de député de la première circonscription de la Somme, après son exclusion le 12 avril de son groupe à l'Assemblée nationale. /Photo prise le 12 jan - -

PARIS (Reuters) - Le député Maxime Gremetz, un ancien communiste, a officiellement démissionné mardi de son siège de député de la première...

PARIS (Reuters) - Le député Maxime Gremetz, un ancien communiste, a officiellement démissionné mardi de son siège de député de la première circonscription de la Somme, a confirmé mardi la présidence de l'Assemblée nationale.

Il avait été exclu le 12 avril de son groupe de la gauche démocrate et républicaine (GDR), qui rassemble notamment les communistes et les Verts.

Maxime Gremetz avait été sanctionné par l'Assemblée pour avoir perturbé une réunion télévisée consacrée à l'accident de la centrale de Fukushima au Japon, protestant à plusieurs reprises parce que sa voiture était bloquée.

Il avait été interdit d'Assemblée pendant quinze jours de séance et privé de la moitié de son indemnité parlementaire pendant deux mois.

Lors de son retour, le 10 mai, l'élu de la Somme avait déclaré que l'Assemblée "ne lui avait pas trop manqué".

Maxime Gremetz ne détient plus de mandats électoraux.

Emile Picy, édité par Yves Clarisse