BFMTV

Matthieu Orphelin (ex-LaREM) favorable à des coalitions sur l'écologie, y compris LREM-EELV

Le député Matthieu Orphelin à l'Assemblée nationale le 27 juillet 2017.

Le député Matthieu Orphelin à l'Assemblée nationale le 27 juillet 2017. - Jacques Demarthon - AFP

Le député Matthieu Orphelin (ex-LaREM) est favorable à "des coalitions plus larges regroupant tous ceux qui veulent plus d'écologie".

Le député ex-LaREM Matthieu Orphelin, proche de l'ancien ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, s'est dit favorable à des coalitions sur l'écologie y compris entre son ancien parti La République en Marche et Europe Ecologie Les Verts (EELV).

"Pourquoi pas oui", a affirmé dans un entretien au Point diffusé samedi l'élu du Maine-et-Loire, interrogé sur d'éventuelles coalitions entre ces deux formations. Le député a souhaité cependant "des coalitions plus larges (que les seuls LaREM et EELV, ndlr) regroupant tous ceux qui veulent plus d'écologie et plus de solidarité et pas à n'importe quelle condition". 

Il a demandé notamment que le parti de la majorité "soit résolument plus volontariste" sur l'écologie, faisant valoir que "la société est prête" et que les politiques devaient inventer "une nouvelle offre politique qui sorte des guerres d'égo, de la présidentialisation de la vie politique, des guerres de chapelles, des fonctionnements traditionnels".

"Ne pas refaire les erreurs du passé"

Il a suggéré au chef de file d'EELV Yannick Jadot, dont la liste est arrivée en troisième position (13,5%) aux élections européennes et qui envisage "la conquête du pouvoir", de "ne pas refaire les erreurs du passé" et d'aborder "les mois à venir avec une grande humilité, sans céder à l'orgueil, ni à l'autosatisfaction".

Yannick Jadot "sait comme moi que l'écologie au pouvoir, cela ne doit pas être 2022 et la présidentielle qui se jouent déjà ! C'est d'abord dans les territoires que cela va se passer", a insisté Matthieu Orphelin.

Le secrétaire national d'EELV, David Cormand, a exclu cette semaine toute alliance avec LaREM ainsi que l'éventualité d'une nouvelle "gauche plurielle", désirant rester sur un positionnement qui va "au-delà" du clivage droite/gauche.

Clément Boutin avec AFP